23 ans après l'Apocalypse, la Noblesse est réinstaurée, les Scientistes imposent lentement leur suprématie. Tout ça n'est qu'une façade, venez découvrir la face cachée d'Andori, l'Europe ravagée par l'Apocalypse...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

//
Partagez | 
 

 Kylan Dobrova /Neva B./

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Effrontée de service
Attention je mords!

avatar

Kylan Dobrova


Féminin
Messages : 214
Age : 26
Hybride : loutre

Infos
Disponibilité: En Rp...

MessageSujet: Kylan Dobrova /Neva B./   Dim 22 Mai - 16:43



Dobrova, Kylan






OFFICIEL
♠ Date de naissance: 15 Mars 1997
♠ Situation: trompe l'oeil
♠ Métier: Diseuse de bonne aventure
♠ Origines: ça vous regarde ?
♠ Passion: éviter les questions
♠ Objectif: niet!
OFFICIEUX
♠ Identité: Neva Benlay-Kodiak
♠ Date de naissance: 26 avril 1995
♠ Situation: Hybride Loutre - En fuite
♠ Origines: Andori
♠ Passion: S’attirer les ennuis
♠ Objectif: Se faire oublier

Trompeuses apparences

Kylan la blonde, Kylan la belle, Kylan … La façade.
Dommage, si elle avait réellement existé cette demoiselle aurait fait un malheur. Et pourtant sa blondeur n’était qu’une perruque pour cacher le roux de mes cheveux et une certaine paire d’oreille qui ne font pas très humaines. Tandis que ses yeux couleur terre de sienne brulée, entre ocre bordeaux et noisette, ne sont que des lentilles pour dissimuler le bleu des miens.
Dur, dur d’avoir une sorte de « grande gueule », ça oblige à se cacher, à changer d’apparence.
Pourtant on ne peut pas tout remodeler, une couleur de cheveux, d’yeux, ça ce modifie sans problème, mais la finesse et le nerveux d’une silhouette, la douceur des trais du visage, ça ne se gomme pas si facilement. Il faut faire avec, il faut même le mettre en avant.
C’est plus dur de regarder le visage d’une femme quand elle vous dévoile des jambes galbée par des talons, et une décolleté mis en valeur avec un objet de torture corset.
Cependant, il y a tout de même quelques détails impossibles à gommer.
Kylan est sensé être une femme du peuple, une femme normale, qui n’a jamais été bidouiller génétiquement parlant, ce qui n’est pas mon cas. Faire attention a bien camoufler ma deuxième paire d’oreille, celle de loutre, mais également la fine raie de fourrure brune sombre qui court le long de ma colonne vertébrale. Sans oublier de limer consciencieusement mes ongles pour éviter qu’il ne pousse trop et ne prennent trop un forme de griffe.
De mon ancienne vie, de celle de Neva Benlay-Kodiak je n’ai gardé qu’un seul souvenir physique, l’ancienne médaille de Becky que je porte en breloque dissimulée parmi d’autre sur un bracelet.
Niveau vestimentaire, j’ai du faire quelque compromis pour m’intégré à mon nouveau groupe d’adoption. Vive la récupération, vive les fripes dont l’usure fait tout le cachet. Souvent en jupes courtes, ou en jean moulant, portant souvent des corset agrémenté de vêtement plus ample.
Une tenue souvent agrémenté de foulards et étoffes au couleur chatoyante.
Provocante ?!
Un peu …


Mon plus gros défaut

Indépendante
Insuportable
M’as-tu vu
Butée
Débrouillarde
Effrontée
Maladroite
Irrécupérable
Des mots qui reviennent souvent qu’on parlait de Neva, ou qu’on parle de Kylan… quoi que quand on parle de la blondinette on dit aussi souvent qu’elle est stupide sur les bords.
C’est plus fort que moi faire l’idiote quand je suis Kylan c’est tellement tentant.
Aussi bien capable du meilleurs, être irréprochable, serviable, avenante, adorable, gentille et tout autres boniments appréciés, que du pire, tout risquer, tout casser en quelques instants, ne plus faire de compromis.
Faire passer les autres avant n’est pas un problème, ça à même souvent été ma ligne de conduite, enfin surtout si j’y trouve mon compte. Mais il ne faut surtout pas me demander une abnégation totale. Sacrifier ce que j’ai mis temps de temps à être pour quelqu’un ce n’est pas possible.
J’ai déjà perdu trop d’année pour ne pas en donner trop au gens. A trop vivre pour les autre on laisse filer les années et on passe à côté de sa propre vie.
Peu être un peu utopiste, je ne comprends pas pourquoi les hybrides son traité comme des animaux de compagnie ou des bêtes de sommes alors que la plupart, encore maintenant, on été les humains un temps, et que de toute façon on ne fait que rajouter les gènes à ceux des humain, il y a toujours la même base.


Si vous insitez…

D’après ce que l’on peut entendre au sein de la communauté de gitans d’Andori, la jeune Kylan aurait toujours fait parti du groupe qui tourner dans les alentours relativement lointain d’Hopera. Elle aurait grandit là avec sa sœur Ivana, comme toute une tripoté de gamins elles auraient perdu leur parents pendant l’apocalypse, c’est triste mais ce sont des choses qui arrive quand le fin du monde frappe. La blondinette n’aurait pas eu une vie très mouvementé, elle aurait appris a tiré les cartes, lire dans le feuille de thé et autre « arts » de diseuse de bonne aventures auprès les anciennes du clan. Rien de bien passionnant…
Un tas de petits mensonge plus inoffensifs les uns que les autres pour an faire un énormes qui sert à me assuré une certaine forme de tranquillité, se faire oublier est tout une discipline.
Mais ma véritable histoire n’a pas grand-chose de bien croustillant, j’en ai bien peur.

Transformée à l’âge de cinq ans en hybride. Je n’ai jamais voulu comprendre, ni chercher a a savoir pourquoi il m’avait changé comme ça, sûrement que je devais leur être plus utile ainsi. C’est vrai qu’une gamine sans famille suite à l’apocalypse ça n’a pas vraiment d’utilité pour une scientiste surbooké alors autant en faire quelque chose qui pourra se vendre. Esprit pratique, ou recherche de profit ?
De toute façon tant pis, maintenant c’est trop tard pour se le demander.
Même a l’époque, j’avais d’autre chat a fouetter, trop désireuse de me débarrasser de l’étiquette de bestiole docile de compagnie qu’on m’avait collée sans me demander mon avis.
Deux ans plus tard départ pour la case animal de compagnie, vendu à une famille de Nobles qui avaient une salle gamine pourrie gâtée. Qu’est-ce qu’elle a pu m’en faire voir celle là a me prendre pour sa poupée vivante. J’ai du enfiler plus de robe a froufrou ridicule qu’une fille qui se respecte pourrait dans tout sa vie. J’ai servie de cobaye a d’innombrable essayes de maquillage raté, j’ai affronté ses caprices les plus douteux sans pouvoir jamais dire non, j’ai été son défouloir quand elle était énervée… Bref j’ai fait tout ce que mon statut d’objet vivant lui permettait de me faire faire.
Loin d’éteindre tout espoir d’une vie meilleure et surtout d’une vie libre, sans sale petite princesse d’opérette, cette existence entretenait cette envie de folle. Elle me rongeait comme seul un désire inassouvi peut le faire. Certains soir j’avais l’impression que j’allais finir folle si je restais sous le joue de ces despotes qui n’avaient pour eux qu’un compte en banque plus remplis qu’une baignoire sur le point de déborder.
J’ai du attendre treize ans avant d’avoir un plan et un opportunité de me faire la belle, entraînant au passage les autres hybrides de la famille. Je pourrais encore vous décrire ce doux sentiment qui m’avait envahi le lendemain matin de cette fuite. Je n’avais plus personne pour me dire quoi faire, je n’avais plus personne pour me contraindre à faire quoi que ce soit, je l’avais enfin ma liberté.
S’en ai suivi cinq années de vivotâtes dans les rue d’Hopera, à travailler en temps que coursier pour la pègre. J’aurais bien travaillé pour des gens plus recommandables, mais dans qualification s’était compliquer, et les mania du crime ça payait mieux… Même si ça payait à la lance pierre. Certain mois un peu chiche en travaille j’avais appris à faire les poches des passant, s’était pas très reluisant comme situation mais il fallait bien vivre.

S’est en exerçant mes talents de pickpocket que j’ai rencontré la personne qui à le plus marqué ma vie : Marc Kodiak.
Un homme a l’air mélancolique en plain milieux de la fête du printemps ça avait le dont d’attiré mon attention et d’attiser ma curiosité. Un petit mensonge pour l’aborder et le tour était jouer.
Un homme charmant, qui m’avait proposé du travail. Je n’étais pas contre, avoir pendant un temps une rentré d’argent régulière je n’allais pas cracher dessus tout de même !

J’avais très vite appris qu’en faite, j’étais tombé sur un commandant de l’armée de Laïca, émissaire de son pays, rien que ça !
Son côté diplomate me hurlait de m’en aller, de fuir loin de cet homme il n’allait m’apporter que des ennuis, j’aurais peut être du faire ça d’ailleurs. Néanmoins n’ayant jamais été très douée pour me protéger j’avais persévéré intriquer et sûrement un peu envouter par homme qu’il y avait sous les étiquettes. Aussi par le marqué, ça nous faisait une sorte de point commun, nous avions tout les deux quelques chose d’important à cacher.

Cela aurait du se passer moins vite, cela aurait du se passer autrement, mais la Nature fait toujours ce qu’elle veut. Ça ne faisait pas si longtemps que je connaissais Marc et voila qu’on était mariés, en même temps s’était l’union ou la mort.
Tomber malade quand on avait rien et qu’on était reconnu par personne ça ne laissait pas vraiment d’autres issu que la mort. J’ai choisi de vivre même si la perspective d’être liée à quelqu’un que je connaissais a peine né me rassurait pas vraiment, je n’avais juste pas envie de le quitter.
Ça à duré des mois, j’en faisais beaucoup, apprendre les coutumes de son pays, les usages de la société, et autres n’était pas vraiment ce que j’appelais une partie de plaisir, s’était relativement souvent barbant et compliquer. Mais j’avais l’impression que si je faisais cet effort ça serait plus facile. Pourtant il n’avait pas l’air de voir ce que ça me coûtait de faire tout cela, mais au font ça ne m’avait pas l’air si grave car il avait l’air comblé, s’était tout ce qui m’importait.

Ce jour, cette heure, cet endroit, devant cette salle du trône du château de Rosae, j’allais être jeté littérales en pâture à la coure.
J’ai réalisé que j’étais en train de me perdre, doucement mais sûrement depuis quelque mois, m’éloignant de ce que je croyais. L’avait-il vu ?
Est-ce que ça lui plaisait que je devienne aussi hypocrite que tout le gratin d’aristo qu’il y avait dans cette pièce ?!
Peu être… Mais pas à moi. Je refusais de laisser tomber ce j’étais, ce que j’avais mis tant de temps à devenir.

Mon coup d’éclat fit beaucoup de bruit et eu des conséquences que j’ai encore du mal à évaluer. De plus avec lui étaient arrivés les premiers regrets.

Quand il n’y avait plus personne pour vous protéger, il fallait bien se protéger soit même … S’était le but de Kylan.



© Never-Utopia


Dernière édition par Neva Benlay Kodiak le Dim 25 Mar - 19:44, édité 3 fois (Raison : mise à jour)
Revenir en haut Aller en bas
Être Divin Suprême
Je vois tout dans l'univers

avatar

Amanda


Féminin
Messages : 546
Age : 25
Hybride : /
Arme : Sa présence

Infos
Disponibilité: En attente...

MessageSujet: Re: Kylan Dobrova /Neva B./   Dim 22 Mai - 18:45

Impecable, Le code est bon et la présentation validée !

Bienvenue parmi nous petite loutre ^.^

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
http://andori.jdrforum.com
 

Kylan Dobrova /Neva B./

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Kylan Hummel [ACCEPTE] ~ Poufsouffle (4e année)
» Presentation de Neva
» Neva Harloi - You'll pay the iron price !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Andori, L'Europe après l'Apocalypse. :: Avant-propos :: Personnages & Présentations :: Présentations Validées-