23 ans après l'Apocalypse, la Noblesse est réinstaurée, les Scientistes imposent lentement leur suprématie. Tout ça n'est qu'une façade, venez découvrir la face cachée d'Andori, l'Europe ravagée par l'Apocalypse...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

//
Partagez | 
 

 « Un beau désordre est un effet de l’Art »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Démon de la Transgression
L’écorcheur d’Hopera

avatar

Kaspard Lokje


Masculin
Messages : 16
Arme : Couteaux et fourberie

Infos
Disponibilité: En Rp...

MessageSujet: « Un beau désordre est un effet de l’Art »    Mer 4 Juil - 20:01

« Docteur ? »

Cinquième appel. J'ajuste ma cravate devant le miroir du salon. Ça fait des plombes que je suis prêt moi. Qu'est-ce qu'il peut bien fiche? D'une main je remet un peu d'ordre à mes cheveux et me coiffe de ma fidèle casquette, en me préparant à gueuler une nouvelle fois :

« Vous allez être en retard ! »

Là c'est abusé... Mon poing tambourine une volée de coups sur le bois peint qui tremble.

« Théophraste ! Sortez de là immédiatement où j'enfonce la porte ! »

Cela n'aura pas été nécessaire car La porte de la salle d’eau finit enfin par s’ouvrir.
C'est qu'il m'a presque fait peur. Un instant j'aurai juré que j'allai me retrouver avec son cadavre sur les bras.
Les vêtements qu’il porte laissent moins paraître sa maigreur maladive. Il a même fait l’effort de se raser. Mis à part ses joues creuses et ses yeux gris clair considérablement cernées, dont le blanc est constellé de vaisseaux rouges éclatés, qui trahissent son mal ; C’est un Monsieur tout à fait présentable qui se tient devant moins. Les quelques touches argentés ont finit par donner à sa chevelure jadis châtain une teinte cendrée. Il paraît plus âgé qu’il ne l’est en réalité et semble en proie à une fatigue extrême. Quelqu'un qui ne l’aurait pas connu " avant ", pourrait seulement penser qu’il s’agit là d’un respectable quinquagénaire usé par la vie.

« Vous vous sentez bien ? »

Il n’a pas prononcé un mot depuis que nous avons quitté l’appartement. Bien… qu’il continue de se taire, cela n’est pas plus mal. Peut-être est-il même déjà… déchiré ? Eh ben ça promet. Hé hé … étant donné mon grand appétit j’aurai préféré qu’il m’emmène dans un lieu un peu plus propice au désordre et à la transgression. Néanmoins, quoi de plus réjouissant que de le voir semer la pagaille dans un endroit où la décence la plus strict est de rigueur. Quel régal pour moi si ce pauvre docteur se laisse aller à son vice là où il lui faut faire preuve de la tenue la plus exemplaire ! En même temps, s’il lui arrive quoique ce soit de fâcheux, ma propre santé risque d’en pâtir. Il me faudra tout de même rester sur mes gardes.

Nous voici arrivés dans la galerie où sont exposées les toiles et diverses œuvres d’un nouvel artiste, Daniel Roy, jeune prodige très à la mode, du moins tout porte à croire qu’il le sera dans pas longtemps. Tout le gratin est convié à ce vernissage. Le bruit court que même l’ambassade de Kiriem sera de la partie. Mon hôte en tant qu’Homme de Science éminemment respecté y serait également invité…. Enfin, « éminemment respecté », disons plutôt qu’il a quelques relations Haut-placés. Du moins c’est ce qu’il m’a laissé croire. A la vérité je ne sais absolument pas ce qui motive ce toxicomane reclus à s’aérer au-delà du prétexte d’assister à une exposition de peinture contemporaine. Bien sûr, le Dr Fearghas est quelqu’un de cultivé, amateur de belles lettres et d’art, mais ces derniers temps il me semblait que ses préoccupations étaient toutes autres.

A peine sommes-nous entré que…

« Mais c’est ce cher Théophraste ! Alors comment vas-tu vieille branche… »

Et c’est parti pour un tour. Mon ancre ne prend pas même la peine de me présenter à ses amis de convenance. Je l’observe du coin de l’œil en faisant mine de promener mon regard sur les tableaux qui nous entourent. Le temps passe. Laconique comme à son habitude, le docteur écoute plus qu’il ne parle. Je ne peu retenir un soupir de lassitude.
Non.. en fait je sens que c’est salement partit pour être une exposition juste ennuyeuse à mourir. Si toutefois je ne fais rien pour y remédier…
La présentation va bientôt commencer. Chacun prend place. Allons en faire de même. Tiens, cette place ci m’a l’air de parfaitement convenir.

« S’cusez-moi… Si vous n’y voyez pas d’inconvénient ; Puis-je m’assoir ici ? »

J’adresse un large sourire à ma future voisine de chaise. Alors comme ça on m’avait dit qu’il y aurait du beau monde…
Revenir en haut Aller en bas
I ♥ Kiriem
Maquée un jour, marquée toujour

avatar

Vhawa Alena


Féminin
Messages : 34
Age : 18

MessageSujet: Re: « Un beau désordre est un effet de l’Art »    Mer 4 Juil - 21:13

    Encore une sortie pour Eze Isham l’ambassadeur de Kiriem.
    Officiellement s’était pour soigner ses relations, mais d’un point de vue plus personnel s’était pour soigner son égo, étant un personnage diplomatique, on ne voulait pas le froissé et le brossage dans le sens du poil allait bon train !
    Je n’allais pas me plaindre moi, ça me faisait sortir. D’ailleurs ça nous faisait tous sortir, et ça évitait à tout le monde d’entendre les blague cochonne lourde de Svend, il était un peu trop en forme ces dernier temps.
    Pas de chance, ce soir, nous étions en petit comité, M.Isham avait décidé de ne prendre que deux « attaché à la sécurité », un terme bien pompeux pour dire garde du corps. Et comme je le disais pas de chance le petit comité comprenait Svend.

    La tenue de rigueur était une tenue de soirée, du moins pour les invités, pour nous s’était l’uniforme. Les nôtres étaient loin d’être les plus classique, ils étaient faits pour être pratique, un concentré de technologie inspirée de la nature et tout droit sorti des labos de recherche du Cartel. Souple, résistant, capable de changé de couleur grâce a des pigments excitables par faible champs électrique, ils étaient plus que pratique.
    Ce soir nous devions arborer les couleurs officiel de l’Etat de Kiriem, les partie colorée de nos uniformes étaient donc ivoire… un peu ironique connaissant un peu la passé de mon pays.

    Le bain de foule de la soirée était une exposition d’un artiste dit brancher dans le centre-ville d’Hopera.
    J’aurais tellement aimé, regardé les bâtiments, regardé les gens, regardé tout sur le chemin. Tout était si différent qu’a Kiriem, déjà la couleur des personnes. Dans mon Pays, je me sentais un peu en minorité, a part Svend et quelques d’autres, la plupart des habitant étaient mat, ou noir. L’architecture aussi, tout semblait plus ancien, à Kiriem tout était neuf, tout était design, tout était un peu froid. Malheureusement ce n’était pas le temps de faire du tourisme…
    Arrivé à la galerie nous étions dans les premiers. Il fallait bien accaparer un peu l’artiste avant qu’il ne puisse envoyer chier M.Isham de manière très diplomatique.
    Un peu curieuse, et surtout pour passer le temps je regardais les œuvres, tout en gardant un œil sur mon patron et en évitant de rester plus de deux minutes à côté de Svend, dès qu’il commençait à soupirer, il fallait se sauvé de peur de subir une blague de bof.

    La salle se remplissait petit à petit, Eze Isham ne s’attardais sur personne en particulier un allait de gens en gens avec son beau sourire de charmeur.
    Deux homme entrèrent, un d’un trentaine d’année, coiffé d’une casquette plate, et l’autre qui ressemblait plus à un malade sortant de soin intensif qu’a un homme normal. Ils auraient plus être n’importe qui, n’avoir droits qu’a un bonjour, mais il n’en fut pas comme ça. Faisant mon travail, et surtout fuyant mon collègue, je m’étais rapproché de mon patron.
    Il serra vigoureusement la main du maladif, j’avais peur qu’il lui brise les os, il avait un sacré carrure M.Isham et un sacré poigne aussi.


    « Mais c’est ce cher Théophraste ! Alors comment vas-tu vieille branche… »

    Ça devait être un client ce mec, M.Isham était pas du genre à se faire des amis, il était trop méfiant pour ça, tous ses connaissances avaient un lien avec son business.

    « Vhawa vous pourriez être polie, Théophraste est quelqu’un de très respectable il mérite qu’on le salue.
    Les jeunes de nos jours… »


    Théophraste… qui avait eu l’idée de martyriser à ce point son môme pour l’appeler comme ça ?! Fin je n’étais pas la mieux placer pour parler, étrangement Vhawa passait assez mal après des gens, pourtant mon prénom n’avait rien de compliquer.
    Fallait que je sois polie, polie j’allais être. J’accordais un sourire faussement gêner à l’interlocuteur de mon Boss et lui accordais quelque formule de politesse apprises par cœur avec les années.


    « Oh Ne vous en faite pas pour ça… Je ne me froisse pas pour si peu. »

    Il sembla avoir un bug sur ce qui semblait être mon uniforme. Il fallait dire que pour sa défense, le tissu très technologique était aussi très moulant. Ce qui arrangeait pas mal de monde a commencé par Svend.

    « hum euh… enfin quand je dis « si peu » je ne voulais pas dire que Mlle Vhawa est… enfin n’est pas… Non au contraire ; Je veux dire vous avez l’air d’être bien bonne.. euh Une bien bonne personne. »

    S’était mignon, un homme qui semblait avoir une cinquantaine bien tassé, qui bafouillait en voyant les courbe d’une petite midinette d’une vingtaine à peine passé. Comme quoi il n’y avait pas d’âge pour avoir l’air ridicule, mon cher collègue se serait senti moins seul si il avait été là.

    Mes « salutations » semblaient avoir été assez convaincantes, vu que je n’eus pas de rappel à l’ordre.
    Par contre Svend avait profité pour arriver derrière moi, tandis que les deux autres hommes taillaient le bout de gras il glissa quelque mot à mon oreille.


    « Qu'est ce qui a 32 dents et qui cache un monstre ? »

    Je ne voulais pas connaître la suite, même si elle était censée être spirituelle.
    On allait dire que dans cette soirée, le point le plus positif était l’art, et heureusement qu’il y en a tout endroit de la pièce.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Maxim Reegan


Féminin
Messages : 23
Age : 23
Arme : 2 sabre Wushu

Infos
Disponibilité: En Rp...

MessageSujet: Re: « Un beau désordre est un effet de l’Art »    Jeu 5 Juil - 6:45


Daniel ne cessait de se préparer à ça fameuse exposition. Je rigolais à l'idée que la plupart des œuvres qui y seront affiché, c'est la plupart moi qui l'y en est inspiré. Il répétait un texte au moins une vingtaine de fois dans journée, j'étais sur le bord de l’assommé. Au bout des derniers jours, Daniel m'avait assurer que j'aillais faire quelques casse croute en me disant que les gens qui y viendront seront de haute renommé, et fallait que je devine ce qui va les attirés.

Je dois avouer que mon ancre à une certaine complicité à vouloir m'aider. Mais aujourd'hui, c'était le fameux grand jour. Daniel était encore plus excité qu'au début de la semaine. S'habillant en joli habit, fait pour artiste. Bien peigné, il soignait son apparence. Je ne l'aurais pas imaginer en démon, le narcissisme aurait été son point d'alimentation. Mais mon ancre st loin d'être narcisse et j'en suis bien heureuse. Ce genre de démon là est loin d'être un être de fréquentation.

Je mis l'un de mes plus beau habit, pantalon propre et chemise semi décolleté. J'aime pas les robes et il fallait pas que j'oublie que je jouais le rôle de la femme de ce fameux artiste.

Après deux heures de routes en taxi, nous arrivâmes enfin au salon. Quelques unes de ses arts étaient déjà afficher, et la porte principal était pas trop pleine mais je voyais de loin les gens arriver peu à peu. Daniel fit l'organisation pour l'emplacement de ses œuvres, et prit soin de mettre mon fameux serpent dans évidence.

Au bout d'à peine une demi heure les gens arrivèrent. Des nobles, même quelques scientifiques, et des têtes haute telle que l'ambassadeur de Kiriem. Des personnages que j'ai entendue vague de Daniel. Assise proche du bar, je m'étais accaparer d'un verre de champagne, je les regardais un a un. Mon ancre me fit signe que ça allait commencer. Je décida d'aller m’assoir sur une chaise haute afin de mieux voir qu'alors un inconnu, dont son environnement, son aura ou je ne saurait dire me chatouillait les sens, vint me demander s'il y avait une place.

Je tourna mon regard vers lui, arquant un sourcil, surprise:

-Oui vous pouvez vous asseoir, cet place est libre cher collègue...



Revenir en haut Aller en bas
http://lesbizarres.forum-canada.com/
Démon de la Transgression
L’écorcheur d’Hopera

avatar

Kaspard Lokje


Masculin
Messages : 16
Arme : Couteaux et fourberie

Infos
Disponibilité: En Rp...

MessageSujet: Re: « Un beau désordre est un effet de l’Art »    Jeu 5 Juil - 18:50

Pas de doute, il n’y a pas erreur sur la personne. Cette fille est donc bien celle que j'imaginais. Qui d'autre aurait put imaginer que derrière cette petite brunette aux somptueux yeux sombres, se cachait une créature de cauchemar?

« Cela fait bien longtemps que je n’avais croisé un des nôtres.»

Lui dis-je, à voix basse. Elle aussi m'a reconnu. Je poursuis de même:

« Je dois dire que parmi mes connaissances je compte assez peu de démons amateurs d’Art,
aussi je ne m’attendais pas à vous trouver ici…»


Le discours commence. Aussi je me tais et fais mine d’écouter.
J’ai presque du mal à cacher mon exaltation tant elle se fait forte. Si la dissimulation n’était pas mon fort, n'importe qui aurait pu lire sur mon visage la foule d'intentions malsaines qui se bousculait à l'instant dans mon esprit vicieux. Ne prêtant aucune attention au discours de l’artiste, de ses mécènes, critiques et experts en tout genre, dans ma tête se formait déjà les prémices d’une facétie des plus mauvais goûts. Nous avions là l’occasion rêvée de faire un sacré coup. Justement, il ne me manquait plus qu'un acolyte. Alors qu'un tonnerre d’applaudissements retenti et que s’avance le prochain orateur, je susurre à ma sœur de race cette alléchante proposition:

« Un petit chaos, ça vous tente ? »

Mais quelle sorte de "Chaos"? Telle est la question: Un incendie ? Un vol ? Un esclandre ? Une mêlée générale ? ... Voyons, autant de personnalités politiques importantes réunies dans un endroit clos … ce n'est pas les idées qui me manquent pour semer la pagaille. Oh non, je sais… Une menace terroriste! L'idée du « faux-attentat » était toute indiquée. D'autant plus que ces derniers temps, d'après ce que relataient les journaux, ce genre d'évènement est plutôt monnaie courante.
Avec ça, c'est la panique générale assurée.
Mmh il nous faudrait déjà condamner les accès entrés principales et sorties de secours. Comment faire pour séquestrer tout ce beau monde à l’intérieur ? Qui dit œuvres d’art et lieux d’exposition, dit système de sécurité ultra-performant, caméras et tout le bazar... dont naturellement un poste de surveillance. Cette véritable conférence sur l’esthétique qui n’en fini pas de durer me donne amplement le temps d’observer le va et vient des vigiles dans l’exposition, et je finis par localiser le lieu que je cherchai. (Celui qui se situe derrière cette lourde porte marquée de grandes lettres formant le mot "SECURITE".) Voilà, je sens que je tiens quelque chose là. Encore un bref regard périphérique aux alentours et je pousse légèrement du coude ma voisine avant de lui désigner d'un discret mouvement de la tête un petit groupe de personne :

« Vous voyez l’homme là-bas en train de discuter avec le type baraqué entouré de deux gardes du corps en uniforme. Le grand maigre aux cheveux gris, c’est mon ancre. Un original au goût un peu trop prononcé pour certaine substance. Il peut nous servir pour la première partie de la diversion… »

Je tends à ma complice une petite ampoule de verre contenant un liquide translucide, et lui glisse à l’oreille :

« Débrouillez-vous pour lui faire avaler cette drogue. Si vous êtes partante je vous garantie qu’on va bien rire… »

Si ma jeune collègue accepte de se prêter au jeu et réussit à faire ingérer au Docteur ce puissant hallucinogène pour créer une diversion, ce tour là restera dans les anales.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Maxim Reegan


Féminin
Messages : 23
Age : 23
Arme : 2 sabre Wushu

Infos
Disponibilité: En Rp...

MessageSujet: Re: « Un beau désordre est un effet de l’Art »    Ven 6 Juil - 17:11

La présentation commençait, mon fameux collègue s'assit à coté de moi en me disant qu'il n'avait pas croisé aucun des nôtres, je lui répondis avec un drôle de sourire:

-C'est pareil pour moi, mais là on peut pas dire que cela ne soit pas fait. Nos frères et sœurs foulant se monde doivent avoir les misères s'ils ne sont pas a Hopera. Et pour les arts, ci c'est moi qui est en évidence, cela me dérange pas.

Continue-je en pointant un des tableaux ou on y voyait un majestueux serpent de verdâtre au marque rouge.

-Et pour pas se faire remarquer, il faut se fondre dans la société.


Écoutant Daniel, je dois avouer qu'il parle très bien malgré sa timidité. Les gens affluaient chacun leur regard sur chaque toile peinte fait par l'artiste. La curiosité ne manquait pas lorsque d'autres artistes lui demandèrent d’où venait l'inspiration pour le serpent. Il leur avait répondu que c'était un de ses monstre de rêve qu'il a décider d’interpréter en toile. Alors que les applaudissements se firent entendre, mon collègue me fit pars d'une proposition que je ne saurais refuser. Je lui répondis avec un sourire semi sadique et les yeux brillant de malice:

-Je ne saurais refuser, une seule règle, ne pas toucher mon ancre, c'est l'artiste qui vient de passer la présentation.

Me retournant vers le prochain qui allait présenter, les hommes du musée s.affairait à retirer les toiles de Daniel pour mettre les autres. Le frère démon me fit par de son plan, aller droguer son propre ancre pour faire une diversion, alors là, on avait pas le même principe de protéger son gagne pain. Mais bon c'est son choix, je ne refuserais pas.


-Cela me va, mais c'est après, quel genre de chaos pouvons nous causé dans la baraque ?



Je pris l'ampoule de verre, et vida mon verre de champagne pour y glisser le liquide et demanda une lime au serveur qui m'en servi une sans poser de question. Jouant à la dame intéresser par ce personnage, j'allais le voir. Ne s'occupant pas des autres autour, je jouais au jeu :

-Bonsoir cher messieurs, puis je vous proposer un verre, vous semblez avoir soif, un petit rafraichissement ?, lui dis-je en donnant le verre.

Surpris quelque peut hésitant, il me répondit pas et prit le verre. Alors que l'autre homme lui parlait, je reculant sans un bruit regardant toujours, il porta le verre à sa bouche, buvant ce fameux liquide. Je retourna à ma place :

-Et puis ? dis-je en riant légèrement, le plan 2 est ?

Revenir en haut Aller en bas
http://lesbizarres.forum-canada.com/
Démon de la Transgression
L’écorcheur d’Hopera

avatar

Kaspard Lokje


Masculin
Messages : 16
Arme : Couteaux et fourberie

Infos
Disponibilité: En Rp...

MessageSujet: Re: « Un beau désordre est un effet de l’Art »    Dim 15 Juil - 20:17

Elle est tellement plus séduisante sous sa forme démoniaque.
C'est ce que je pense en regardant le magnifique serpent de la toile. Je suis forcé de constater que son compagnon et ancre peintre a du goût.

« Promis, on ne touche pas à l’artiste. Croix d’bois croix d’fer, si je mens j’ retourne en Enfer. » Dis-je avec un sourire emplie de malice.

Ma chère camarade est donc bien partante ! Comme elle me questionne sur la nature de mon projet, je m'empresse de lui répondre d'un air enjoué :

« Bon… alors au programme : Simulation d’attentat.
On va leur faire vivre un petit cauchemar. Plus de peur que de mal. Enfin, nous se charge de leur faire peur et on attend qu’ils se fassent mal tout seuls comme des grands. »


Une fois la phase 1 mit brillamment à exécution, la jeune démone revient vers moi. Le temps est venu de lui exposer la suite des évènements.

« Eh bien, nous allons ensuite … enfin je vais surtout vous expliquer la phase 3 car elle vous concerne, donc... _ Je lui tends une petite boîte cartonnée._ Voici des allumettes. _ puis en sortant de ma poche un mouchoir de papier et une flasque argentée remplie d’alcool fort (et qui plus est de très fort mauvaise qualité)._ Et voici Combustible et Comburant. »
Après lui avoir remis les objets, je continue.
« Cela ne devrait pas trop nous enfumer, par contre... placé à un endroit stratégique cela affolera les détecteurs de fumée et enclenchera les systèmes alarmes foutant à coup sûr la grosse m... »

« La lumière… la lumière obscure et terrible. Elle recommence. »

Vacillante d'horreur à vous glacer le sang, telle est la voix qui s’élevant parmi la rumeur ambiante, me coupe dans mon explication.

« Laissez ! Lâchez-moi ! Lâchez-moi ! Noooon !!! Laissez-moi m’en allez ! »

Soudain un hurlement interrompt toutes discutions ayant court dans la salle à ce moment précis. La totalité des regards se tournent en direction de l’élément perturbateur et chacun écoute son sinistre discourt effroyable d’incohérence.

« Ils.. Ils arrivent ! La déchirure ! là ça suinte de partout. Ils peuvent passer. NON ! NOOOON ! Fuyez ! Fuyez ! Ils.. moi… Moi ils m’ont déjà eut… Aaaaargh… Ma tête… il m’a tout pris… mon cerveau… mon corps… m’a aspiré toute mon énergie… m’a avalé, tout dissout, jusqu’à la moindre parcelle de raison ! Vous ne les voyez pas ? Vous ne pouvez les voir mais ils sont déjà parmi nous. Ils l’ont toujours été ! Déjà ils étaient dans nos cerveaux, dans nos esprits, ancrés au plus profond de nos âmes damnées. Rêves, cauchemar, tout ça…imaginaire… ils sont l’intangible horreur qui nous dévore l’entendement depuis la Nuit de temps immémoriaux, et maintenant ils veulent s’attaquer à nos corps ! Ils nous dévorent ! Trop tard. Même dans la mort on ne peut être certain de leur échapper… »

L’homme en élégant habit sombre s’effondre de tout son long et son mince corps parcouru de spasme décrit de déroutantes contorsions sur le sol. Rapidement un attroupement se forme autours du phénomène.
Je reconnais là mon docteur et ses délires morbides d’invasions. En réalité il a une peur bleu de notre monde et nous ses habitants d’un autre espace qu’il disait vouloir comprendre. Cette drogue, je me souviens très bien la toute première fois qu’il l’a essayée. Je l’y avais vivement encouragé sous prétexte qu’elle était utilisée dans de nombreux rituels chamans et qu’elle lui ouvrirait " des portes " vers la connaissance de notre univers. Il n’a jamais plus voulu retenter l’expérience avec celle-ci. Allez savoir pourquoi…

Me tournant vers ma camarade, je reprends mon explication comme si de rien n’était.

« Je disais donc… ah oui, phase 2 : je m’occuperais de neutraliser les caméras et de bloquer les accès afin que tout ce beau monde ne nous échappe pas. Mais comme vous l’avez constaté, notre diversion est déjà en marche, plus une seconde à perdre, il nous faut agir.»

Un dernier clin d’œil à mon acolyte et j’ajoute.

« Quand le lieu sera plongé dans le noir le plus total, c’est que vous aurez le signal pour l’étape n°3. »

Sur ce je me lève et me dirige vers les toilettes pour hommes afin de mettre la suite de mon plan à exécution. Je m’enferme dans un des compartiments disponible, me dessape et revêt mon vrai visage. La visqueuse flaque noirâtre que je suis est bien vulnérable sans peau, mais elle est silencieuse et se faufile n’importe où. Seulement j’ai encore plus discret pour atteindre le poste de surveillance. Dans la poche de ma veste, pour en cas de pépin, j’ai toujours une peau bien pratique. Quel genre de peau si minuscule peut bien tenir au creux de ma main ? Il s’agit là de la dépouille d’un cancrelat.
L’insecte se faufile aisément sous les portes et par tous les interstices. A toute vitesse, inaperçu, il slalome entre les talons, esquives les piétinements et atteint son but.
Il n’y a plus qu’un homme au poste. Ses collègues sont trop occupés à rassurer les convives tout en s’efforçant de maîtriser le forcené qui se démène au beau milieu de cette réception du dernier chic. Ce n’est que le début du désordre. Abandonnant la discrète enveloppe de vermine qui m’habille, je laisse mon immonde corps se libérer insidieusement dans la pièce. L’abominable substance que je suis se saisit en silence du lourd extincteur et… BIM. Le gardien glisse de son siège sans connaissance sur le parquet. Il n’a rien vu venir tant il était occupé à surveiller, les yeux river sur ses écrans. Je prends bien soin de verrouiller la porte et m’installe aux commandes. Fermeture des portes… Et puis : 3, 2, 1 …

« Attention… il va faire tout noir.»

Ou presque si on tiens compte des petites loupiotes placées au dessus de certains accès de secours...

Il ne me reste plus qu’à ligoter et bâillonner l’infortuné avec ce que j’ai sous la main, mettons … des câbles électriques? Ça risque de leur prendre un certain temps à remettre d’aplomb leur machinerie. Ni vu, ni connu je repars comme je suis venu. Le cancrelat se faufile jusqu’aux sanitaires où je récupère mes oripeaux de citoyen. La rumeur de protestation qui parvient à mes oreilles m’indique que notre manigance commence à prendre. Prudemment je pousse la porte des WC. Le désordre est en marche !
Revenir en haut Aller en bas
I ♥ Kiriem
Maquée un jour, marquée toujour

avatar

Vhawa Alena


Féminin
Messages : 34
Age : 18

MessageSujet: Re: « Un beau désordre est un effet de l’Art »    Mer 18 Juil - 23:07

    Tout allais bien, ça papotait tranquillement sur les ouvre exposé, sur la vie, le pouvoir. Svend était allé faire du boudin plus lions quand il avait vu que je ne comptais pas entendre la fin de sa blague. Officiellement il était allé voir si les issues de secourt étaient sécurisé, pourtant son air vexé ne trompait pas.

    D’un coup tout changea, le Docteur Je-ne-savait-plus-trop-comment-et-au-final-on-s’en-fout, avait commencé à hurler et convulsé compulsivement.
    Quelques minutes au part avant un jeune femme, la vingtaine était passée lui donner un verre. Mettons, qu’en grand naïve, que je ne suis pas, j’aurais mis ce délirium sur le compte de l’alcool. Pour avoir vu déjà Svend frôlé les 5g d’alcool dans le sang je pouvais dire que même si ce mac était bourré avec un verre, il n’allait pas partir en trip morbide aussi poussé. Ça c’était un mauvais trip du a la drogue ou alors je devais revoir mes bases.
    Quelqu’un voulait faire diversion, la jeune femme de tout à l’heure ?!

    Bien entendu elle avait disparu dans le flot de la foule, désormais agglutiner autour du droguer comme des mouches autour d’une poubelle. Tout ce monde était trop compact pour voir quoi que ce soit mais il y avait un endroit où l’on pouvait tout voir.
    Puis le noir. Si s’était une plaisanterie, elle n’était pas drôle !

    Le monde commença à paniquer.


    « SVEND ! »

    Au pied !
    Aller viens mon petit Svend et t’aura un verre de téquila ! …
    Ça avait l’air ridicule comme ça, mais le plus ridicule était que j’étais sure à environ 60 pourcents que ça aurait marché de l’appeler comme cela.
    Au final il avait rappliqué en maugréant tout ce qu’il pouvait.


    « Reste ici, et assure la sécurité de Isham, moi je vais dans la salle de contrôle cherché la nana qui à refiler un verre « avec additif » au fou qui convulse par terre.

    Je ne suis pas ton chien !

    Si seulement... au moins tu ne pourrais pas parler. »

    Juste de temps de se faufiler avec grâce entre deux éberlué devant le pitoyable spectacle du quinquagénaire en train de délirer. La porte avec un écriteau « interdis au publique » avait été vite repérée grace la faible lueur des panneaux d’issue de secours, et encore plus vite franchie.
    En arrivant j’aurais cru me faire interpeler par des mecs obèses en costume mangeant un donut, en matant les décoté plongeant des femmes de la salle, mais à la place, il y eu juste le bruit de la porte qui se refermais, et un arrières plan le brouhaha de la pièce attenante.
    La salle était coudée, en avançant je découvrais un homme contre le mur ligoter à coup de câble, et bien sur les câbles des moniteurs sinon ce n’étais pas drôle. Tout le système de surveillance était hors service. Ce qui aurait pu être qu’une mauvaise blague commençait à m’inquiéter sérieusement. Activant l’oreillette que nous avion le devoir de portée en mission je transmettais un message de Svend.


    « On a neutralisé les vigils, et débrancher tout le système de vidéo surveillance et bien sûr éteint les lumières. Je reviens, reste bien sur tes gardes. »

    Avant de sortir j’avais tout de même pris le temps déprendre sa lampe torche et délivré le pauvre homme, qu’il ne se retrouve pas saucissonner à son réveil.
    En sortant il y avait toujours autant le bordel, vite, trouver un moyen de calmer tout le monde. J’aurais bien tiré dans le plafond, mais j’avais le sentiment que ce n’était pas l’idée du siècle alors autant suivre son instinct et évite tout drame inutile. Il fallait en priorité ramener de la lumière, de manière discrète si possible, faire apparaitre une grosse boule de lumière aux milieux de la pièce ça n’était pas dans les options envisageables.
    J’avais opté pour crée l’illusion que les lampes étaient allumée. Il s’agissait d’une illusion de base ça ne bougeait pas, mais elle était à grand échelle, je n’allais pas tenir éternellement, il ne fallait qu’a espéré que ça tienne le temps de trouver cette femme au verre.

    L’effet fut immédiat, tout le monde repris un peu de contenance. On sentait encore l’agitation sous-jacente mais au moins ils n’agissaient plus comme des bêtes en cage.


    « Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs un peu de calme s’il vous plaît.
    Nous cherchons un moyen de nous sortir de là, nous avons appelé la police, mais en attendant, je vous en prie restez calme. »


    En fait nous n’avions appelé personne, mais s’était un message pour dire a Svend de le faire. Autour de moi s’était fait un halo vide et tous s’étaient retournés. Personne ne moufeta, ni ne protesta, en même temps sur mon uniforme et celui de mon collègue il y avait l’insigne de Kiriem ce qui rendait ça sûrement plus officiel.

    Une fois la déclaration fini, je reparti me mêlé à la foule, j’avais bien l’intention de la trouvé cette fichue gonzesse !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Un beau désordre est un effet de l’Art »    

Revenir en haut Aller en bas
 

« Un beau désordre est un effet de l’Art »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Oh le beau Toutou!
» Peindre un beau Visage
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Andori, L'Europe après l'Apocalypse. :: Les années 2020, Sur Andori... :: Hopera, la capitale d'Andori :: Le centre ville.-