23 ans après l'Apocalypse, la Noblesse est réinstaurée, les Scientistes imposent lentement leur suprématie. Tout ça n'est qu'une façade, venez découvrir la face cachée d'Andori, l'Europe ravagée par l'Apocalypse...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

//
Partagez | 
 

 Embarquement [Moïra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Luc Pilev


Masculin
Messages : 20
Age : 13
Arme : Scarlett et deux trois gadgets

Infos
Disponibilité: En Rp...

MessageSujet: Embarquement [Moïra]   Dim 1 Avr - 21:54



Je m'éveille. Mon corps est alerte. C'est ainsi, j'ai été entrainé ainsi, tout comme je sais que l'aube pointe. J'ai un peu de temps alors j'écoute. Je l'entends, j'entends le souffle de Moïra, elle dort profondément donc je ne dois surtout pas la réveiller. Il faut dire qu'elle déteste être réveillé même par moi et pourtant je sais y mettre les formes.
Je me lève sans bruit ni provoquer le moindre mouvement dans le lit, je maîtrise mon corps à la perfection...enfin si on oubli son petit penchant vorace que je nourris aussi souvent que possible.

Je me dirige vers la baie vitré, Scarlett repose face à elle et donc face à l'Est. Ma Sacarlett, ma lame de 7, repose légèrement incliné sur un présentoir hors de son fourreau. Elle attend l'aube, je vais vers la cuisine et tire du bas fraicheur un pot de verre empli de sang maintenu frais. Je retourne auprès de ma compagne de mort, prend le pinceau, ouvre le couvercle et badigeonne la lame de cristacier de sang. C'est du sang humain bien entendu, gagné après un duel suivant les formes. Elle va apprécier. Le soleil est apparut et le sang brille sous ses rayons orangé. Bien vite Scarlett se nourris.

Maintenant que ma lame est nourrit, je pense à moi et aux appels de mon corps. Ma femme dort toujours, je me dirige donc vers les sanitaires afin de les employer comme il convient et aussi agir afin d'apaiser ma faim pour peu de temps. Une fois cela fait je reviens dans la chambre et m'allonge.

« Alors comme ça on a même pas pu m'attendre. »
Dit tout de go Moïra en éclatant de rire.

Je la regarde puis me jette sur elle. Je suis au dessus et déjà ma main glisse sous sa cuisse pour la relever.

« Je ne voulais pas te réveiller. »
J'embrasse sa joue, sa cicatrice.
« Pourquoi tu fais ça ? »
« Parce qu'elle te rend encore plus belle, tu avais un visage doux d'angelot mais grâce à elle tu as ton visage de femme pirate, tu es forte et elle l'indique. Et puis je sais que cela t'énerve un peu. »
Sur ceux je l'embrasse goulument, tandis que ma main continu de glisser sur sa cuisse et sa jambe. Elle a des jambes excessivement agréable en fait Moïra a une peau délicieuse je passerais ma vie à la toucher, la caresser, l'embrasser, la gouter, la griffer, la suçoter, la pincer, la masser, la dévorer, la mordre et que sais je encore. Elle connait mes penchants et y répond avec joie la plupart du temps. Quand à moi j'arrive à l'apaiser à lui faire oublié le volcan toujours près à exploser en la faisant se consumer d'une autre manière. Nous faisons l'amour longuement dans le lit, puis alors que le soleil est levée depuis plusieurs heures nous déjeunons tranquillement, un peu trops.

« Nous allons être en retard, pour la présentation. »
Elle acquiesce et allons nous doucher, la très prévenante sans demande de ma part Moïra apaise mes besoins avant qu'ils ne se dévoilent. Puis nous nous habillons. Pantalon noir, chemise blanche, manteau cramoisi et tricorne pour moi. Moïra quand à elle met ses cuissarde blanche, sa jupette noir, une chemise blanche sur laquelle va bientôt se déposer sa veste bleu. Mais avant cela je la plaque contre le mur et mes main remonte sa jupette.

« Pas déjà ? »
« Non, je veux te remercier pour ta prévenance ma femme. »

Et je me laisse descendre. J'aime entendre lorsque nous faisons l'amour son souffle, avoir l'oreille prêt de sa bouche et me baser sur le rythme saccadé de son souffle, là est une grande part du plaisir.
Mais là je ne peut me fier à lui mais cela n'est pas grave j'ai d'autre moyen de savoir si ce que je fais est bien fait.

Nous sortons. Un homme nous attends nonchalamment assis sur les marches du perron.
« Vous êtes juste pour être à l'heure. »
Nous assène t il après un bâillement et avant d'avancer comme un escargot.
« A ce rythme certainement, mais nous connaissons le chemin. »
Et Moïra et moi même partons d'un bon train en souriant vers le port sous terrain de l'île Indolence.
Alors que nous avançons dans les tunnels, je plaque...
Décidément cela devient une habitude.
...Moïra et l'embrasse.
« Ah je me disais aussi. »
« Juste un baisé, pas plus. »
« Oh. »fit elle d'un petit air triste.
« Ne t'inquiète pas je me garde que pour mieux honorer notre couche une fois sur le navire, ainsi tous seront que nous somme mari et femme et que ma femme bien que fort jolie est comblé par son mari à volonté. »
Et même plus, il faut bien l'admettre.

Puis nous courûmes jusqu'au port, qu'il nous fallait traverser pour arriver au quai ou nous attendait le El Intento et le reste de l'équipage.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Moïra Pilev


Féminin
Messages : 17
Age : 13
Hybride : /
Arme : Rapière et mon corps.

MessageSujet: Re: Embarquement [Moïra]   Jeu 5 Avr - 12:41



Réveillée par l’aube, et aimée par cet homme au quel j’étais à présent liée, je n’aurais eu rien à redire. Rien à redire si je n’avais pas été moi. J’étais exigeante, mais ce matin là, je n’avais rien à reprocher et cela m'agaçait un peu, même si sentir mon corps se réveiller sous les attentions de mon mari était loin d'être désagréable. J’appréciais qu’il ait tant envie de moi, de mon corps, même si je savais que tout était lié à sa malédiction, à ce sort qui plainait sur nous, membres de l’archipel Del Corazon ...

Douche puis petit déjeuner, un classique. Un classique comme les autres jours à une différence près. Une toute petite différence. Aujourd’hui nos vies prenaient un tout autre tournant. Nous allions quitter L’île pirate, l’île Indolence. Pour le moment il s’agissait de quitter le bâtiment où nous avions trouvé refuge, Luc et moi.

Cependant voir la tête de cet inconnu, dés le matin, me dérangeait au plus haut point. Je sentais en moi cette sorte de lave brulante qui s’éveillait lorsqu’il nous fît remarquer l’heure avant de bailler sans le cacher. Un bon point dans sa tronche d’endormit l’aurait surement réveillé. Mais j’arrivais pour l’instant à me contenir, par la peine de verser du sang avant même d’être arriver sur notre nouvelle demeure.

Notre guide était comme au ralentit et cela contribua à entretenir mon méprit pour sa personne. J’aurais pu avoir pitié... j’aurais pu, si j’en avais eu un soupçon. Mais ce n’était pas le cas, j’eus un petit sourire lorsque Luc fit sa petite remarque. Il m’avait enlevé les mots de la bouche, seulement les miens auraient été tout de même moins élégants et plus injurieux.

Nous laissâmes donc notre guide pour accélérer le pas. J’étais bien contente de le laisser derrière nous, sa présence ne faisait qu’accroitre ma mauvaise humeur naturelle. Sur le chemin, Luc me plaque contre l’une des parois du tunnel sombre. J’aime quand il fait cela...


« Ah je me disais aussi. »
« Juste un baisé, pas plus. »

Quoi ? Il osait anéantir la petite envie qui naissait en moi ? D’ailleurs c’était très étonnant qu’il ne demande qu’un seul baiser.

« Oh. »

L’intonation de ma voix, je ne l’avais pas contrôlée et je fus surprise du ton que j’avais employé, j’avais dit cela sans véritablement m’en rendre compte... Tant pis... Mais ça m’énervait un peu...

« Ne t'inquiète pas je me garde que pour mieux honorer notre couche une fois sur le navire, ainsi tous seront que nous somme mari et femme et que ma femme bien que fort jolie est comblé par son mari à volonté. »

Je ris doucement à sa phrase. Je ne doutais pas que nous allions rapidement nous unir, rien que pour inaugurer ce bateau de notre présence ! Cependant, le fait que nous étions marie et femme n’était pas synonyme de fidélité, mais cela n’était pas si important pour moi ... Du moment qu’il me revenait...

Nous avions assez traîné alors nous nous mîmes à courir. Il faisait sombre dans ces tunnels, le plafond rocheux n’était éclairé que par quelque néon faible. Il fallait plisser les yeux ou être habituer pour s’y repérer correctement. Une chance pour Luc et moi, nous savions quel chemin était à emprunter.

Après cinq bonnes minutes de course, nous arrivâmes sur le port. Immense, plusieurs bateaux étaient amarrés. Je ralentis ma course. Pas que j’étais essouffler, si peu de sport n’allait pas me faire peur, surtout quand on se réveillait le matin aux cotés de Luc, ça c’était du véritable sport. Les planches de bois sur les quelles nous marchions était renforcer par un matériau semblable à de la ferraille à l’exception près que celles-ci ne rouillaient pas.

Je regardais avec admiration les bateaux présents. Majestueux et l’air insoumis, ils iraient surement de nouveau braver les flots violent de la Bleue. Bientôt, dans quelques minutes, je ressentirais de nouveau cette liberté, bientôt je pourrais voler et à coté de la figure de proue me sentir voler.

Nous dûmes marcher jusqu'à l’autre bout du port à une allure vive pour arriver devant le El Intento. Il était immense, une immense boite en fer. Un sous marin gigantesque. Je m’imaginais déjà à l’intérieur... Je pris le bras de Luc s’en ménagement et le força à presser le pas. Nous arrivâmes devant la passerelle. L’équipage nous attendant. La personne à leur tête devait être le capitaine du vaisseau. Je soutins son regard sans me forcer et lâcha le bras de mon mari pour croiser les miens sur ma poitrine. J’attendais un message de bienvenu ou quelque chose qui s’en approcherais... être dévisager de la sorte me mettait mal à l’aise, ou le fait penser que leurs yeux étaient braquer sur ma cicatrice. De toute façon ce silence me mettait mal à l’aise, pourtant en courant nous avions gagné un peu de temps et nous étions arrivés juste à l’heure...
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Luc Pilev


Masculin
Messages : 20
Age : 13
Arme : Scarlett et deux trois gadgets

Infos
Disponibilité: En Rp...

MessageSujet: Re: Embarquement [Moïra]   Dim 8 Avr - 19:42



Moïra se mit à sourire et s'élança l'instant suivant. Nous courûmes dans les ténébreux tunnels quelques minutes avant de sortir d'eux pour entrer dans la plus grande grotte que je n’eus jamais vu. Je discernais à peine les parois. Il faut dire que le port avait tendance a attirer mon regard et me faire m'interroger sur le bien fondé d'une paroi ou d'une ombre de bâtiment...

Bon maintenant on trouve le bateau, on salut tout le monde et je fais hurler Moïra sur la première banquette venue.
Le plan me plaisait surtout la phase hurlement, Moïra savait pousser de petit feulements qui a eu seul me donnait la dureté de l'acier même après cinq ou six jouissance.
Et me voilà tout serré dans mon pantalon de l'affaire, heureusement que ma veste à une coupe bien faite.
Je remarquais à peine que ma femme regardait le sol et sa composition bois/métal puis les bateaux en cale.
Non de non ses cuissardes claque sur le sol comme l'annonce d'un glas de stupre. Où est ce fichu navire ? Luxure m’appelle et je compte répondre, en dernier recoure le ponton fera l'affaire à moins qu'un idiot ne drague mon appétissante femme, je prendrais grande jouissance à lentement briser son audace en le vidant avec délicatesse de sa vie.Il semblerait que mes pensées mais permis de ne point voir le temps et la distance s'écouler.
Nous étions arriver au bout du port dans la zone la plus vaste et ouverte. Le El Intento était là. Il n'y avait aucun doute à avoir, il était majestueux, une lance d'or mate. Il me fit penser à ma Scarlet, ce navire était une arme magnifique et j'allais être un de ceux autoriser à la manipuler, le plaisir que je ressenti me fit oublier un instant mes pulsions, mais rien qu'un instant, on ne se refait pas, surtout pas moi. Moïra m'attrapa et me traina littéralement, à croire qu'elle avait hâte que je la fasse hurler aux oreilles de tous, la coquine.

C'est donc le bras à moitié démis que je me retrouvais sur le ponton face aux autres officiers. Moïra avait croisé les bras et dévisageais la femme la plus en avant du cortège.
La Capitaine devrait nous accueillir sauf que la Capitiane est Angelina Tenebrosa et comme nous sommes le jour, elle dort. Cette femme doit être le second et si elle ne baisse pas le regard elle va dans la seconde passer par dessus bord, Moïra n'aime pas être dévisagée de la sorte.
« Hé ben les poulette, on se bat déjà pour le coq ! »
Je regardais qui avait parlé, c'était une femme, c'était une femme car elle portait une robe rouge et un corset blanc, avait des cheveux long, blond et tressés, après ça commençais à merder. Elle portait des lunettes jusque là vous me dirais ça déconne pas trop mais elle avait un cigare en bouche, à la main gauche une bouteille, la paume de la droite reposait sur un des quatre pistolets de sa ceinture sans compter le fusil dans son dos.
« Je suis la Cannonnière Janninne Howlett, je me suis occupé de la conception balistique de notre rafiot. »
« Janninne ! » s'énerva un beau jeune homme, fort bien de sa personne, de tenue, de corps et de mon goût. Bien que je préfère les femmes de temps en temps...
« Veuillez excuser Janninne, je suis l'ingénieur naval Jude Holigan, enchanté. Avec l'aide de notre Cannonnière nous avons créé le El Intento, notre chef d’œuvre, celui qui nous permettra d'atteindre le saint Graal de l'unification. »
Je ne cherchais pas vraiment à comprendre les dires de l'homme. Le duel de regards se poursuivait, j'agissais.

« Je suis le Maitre d'équipage Luc Pilev, a vos ordre mon second. »
Je saluais et réalisait l'incroyable beauté de la femme devant moi. Bottes et pantalon de cuir noir sur des jambes élancées, un corset chemisé, ou le vert l'or avait la part belle sauf aux manches d'un immaculé blanc. Pour coiffer sa longue chevelure châtain sombre un chapeau à la mousquetaire avec panache plume corbeau de la même teinte que le feutre. La femme était grande, élancée, impérieuse.
Tu seras mienne ou je ne serais plus avant une semaine, non quatre jours.
Elle parla enfin et sa voix fut de glace mais me donna des chaleurs malgré tout.
« Je suis la Capitaine de jour, Mon nom est Celedoine Lucky, vous êtes à peine à l'heure. J'attends de mon équipage l'excellence, vous commencez mal. »
Se tournant vers Moïra.
« Vous êtes je suppose Moïra Pilev. Vous êtes jeune et débutante comme votre mari, mais je vous accorde de l'âme d'après votre regard. Prouvez moi que vous êtes digne d'être la Maitresse des voiles. » Puis elle sourit et se tourne pour présenter le reste de l'équipage encore inconnu.
Oh ! Mais elle a un cul divin ! Bordel si Moïra se rend compte que mon pantalon se serre pour Celedoine et non pour elle...j'ose même pas l'imaginer. Aller hop un pas en arrière et mate ta femme en imaginant comment tu vas la déshabiller avant, pendant et après lui avoir fait l'amour.
Concentré sur mon imaginaire je n'écoutais pas vraiment. La Second présenta un type avec des cheveux noir et une barbiche tout aussi noir, c’était le Pilote et aussi un tireur d'élite. Je fus plus surpris quand le dernier officier de l'équipage fut présenté. Un non humain et pour cause le Responsable automate était un automate surnommé Gousset. Mais après tout à vaisseau extraordinaire, équipage extraordinaire. Nous fûmes enfin invité à aller à bords.
Pourvu que se ne soit pas trop long, j'ai besoin de Moïra, un besoin pressant, impérieux, immédiat, exigeant, indéniable, là tout de suite !
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Embarquement [Moïra]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Embarquement [Moïra]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Embarquement pour un monde d'opportunités[PV Jordan] SUITE
» Embarquement pour le Nord.
» Embarquement pour Cythère
» Embarquement pour les îles Scilly
» Protection de la salle d'embarquement
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Andori, L'Europe après l'Apocalypse. :: Les années 2020, Hors Andori... :: L'Archipel Del Corazon :: Les îles de L'Est :: Indolence-