23 ans après l'Apocalypse, la Noblesse est réinstaurée, les Scientistes imposent lentement leur suprématie. Tout ça n'est qu'une façade, venez découvrir la face cachée d'Andori, l'Europe ravagée par l'Apocalypse...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

//
Partagez | 
 

 Luc Pilev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Luc Pilev


Masculin
Messages : 20
Age : 13
Arme : Scarlett et deux trois gadgets

Infos
Disponibilité: En Rp...

MessageSujet: Luc Pilev   Dim 1 Avr - 15:09

NOM:Pilev Prénom:Luc
Âge:18 -Date de Naissance: hiver 2003- Sexe:mâle


▐ Satut:[Pirate, possédé du péché de luxure]▐ ▌Arme:lame de 7, Scarlet▐ ▌Situation Familiale:marié et de nombreux enfants non connus▐


Si vous le voulez bien débutons par vos traits psychologiques puis vos spécificités corporelles...



CARACTERE
PHYSIQUE
Que dire sur mon esprit...je n'en ai pas, enfin pas de profond.
Je ne lis pas, ni n'écrit. Je ne suis pas bête mais il faut bien dire que mon esprit est tout au service de mon corps. En un mot de la vie.
Car je ne suis pas du genre à avoir des regret ou m'éterniser sur ce qui fut, pas plus que je ne prévois mon avenir. Pour faire simple je ne sais ce que j'ai fait voilà 3 jours et pas plus dans 3 jours.
Après tout l'instant ou nous vivons n'est il pas un cadeau d’où son nom de présent.
Mais voilà que vous me faite accomplir mon introspection et je n'aime pas cela.
Rien ne vaut une bonne dépense physique pour se libérer l'esprit.
De préférence accompagnée bien entendu.
Auriez vous faim ?
J'ai faim.
Je sais fort bien cuisiner.
Allons mangeons tout en devisant cela ne rendra cette conversation que plus ouverte et chaleureuse.

Bon maintenant revenons à moi et mon petit caractère.
Hé bien je suis assez souriant et joyeux, j'aime les bon mots, me battre, faire l'amour.
Je dirais que ces 3 points ont d'ailleurs été cité dans l'ordre croissant de mes penchants.
Comme vous pouvez le constater j'aime à ne pas penser ou disons pas m’appesantir, l'esprit sers l'action et j'en manque...êtes vous mariée ?
Quoi vous me trouver impétueux, irrévérencieux...tout à fait.
Je vois, je touche.
J'ai envie, le dit et le prend mais avec manière.
Le chemin est aussi important que le but.
Voilà pourquoi lorsque je me bat, je prend mon temps, mon adversaire doit savoir qu'il n'avait aucune chance, qu'il c'est montré fou de m'affronter.
Alors dites moi ce bureau qui nous séparaient, qui fut notre lien pour ce repas frugal mais agréable, ne pourrait il pas obtenir la faveur d'être un objet de volupté entre nous ?

Maintenant que nous en avons fini avec ma vision du monde, vous voulez sans doute connaître mon histoire ?
Non ? Oh vous n'avez pas eu le temps de prendre des notes pendant que nous profitions du bureau alors remédions à ce petit oubli.
On m'a souvent dit que ma chevelure associé à mes yeux fait penser à la forêt.
Je possède des cheveux châtain foncés et mes yeux sont vert. Donc je peux comprendre cette image surtout que j'ai une peau très légèrement halé. Tout ceci peut amener une âme poète à voir en moi le vert des feuilles éblouie par le soleil et la douceur de l'écorce d'un arbre accueillant sur lequel on se poserai pour gouter le soleil.
Le reste de mon corps ?
Hé bien que dire je ne suis pas grand mais comme je suis assez fin cela ne se voit pas trop sauf quand un homme de stature supérieur se colle à moi.
Je suis svelte avec des muscles fin que l'escrime m'a offert. Dans cette danse, cet art, la vivacité, la précision, la dextérité et tant d'autres choses sont bien plus indispensable à une force brute.
J'aime à porter du rouge, ma façon à moi de scander la vie...et la mort.
Et puis cela me va si bien lorsque Scarlett danse avec moi.
Mais je vois pointer de l'amusement face à ma faconde.
Ce sont mes main trop propres, aux ongles trop intact ou mon menton rasé et qui me donne par la même un air encore juvénile ?
Les femmes savent apprécier la douceur de ma peau et mes doigts agiles, enfin cela vous le savez,...ils me servent aussi à manipuler ma rapière de façon létal.
Mais je me suis écarté, j'en étais à mes goût vestimentaire donc le rouge, le blanc, le noir.
Je peux porter une veste ample et épaisse qui si il fait trop chaud reposera sur une épaule tel un cintre.
Mais je possède aussi des vestes cintré près du corps qui moule celui-ci pardessus une de mes chemise.
Pour mes pantalon toujours au plus près de mon corps tel une seconde peau, oui j'aime le sur mesure.
J'espère que ces précisions vous aides à mieux gouter mon apparence et mes gouts.
Voulez vous que j'apporte quelques précisions sur le goût de ma peau ou de mes lèvres ?...vous vous en souvenez encore, ne niez pas, quoique vous voir rosir est un charme délectable.
Croyez vous que le bureau pourrais de nouveau nous servir ?

feat Spain(de Axis Power Hetalia )


Et maintenant pouvez vous me raconter votre vie...



HISTOIRE
J'ai 11 ans, je sais que j'ai 11 ans.
Pourtant la femme qui me donne à la maison d'éducation dit que j'en ai 13. Deux élève de troisième année sont chargée de mon initiation, cela se passe mieux avec la fille, elle m'initie deux fois à cause de mes yeux verts.
Mon éducation commence.
On m'inculque que l'être humain est à l'origine de tout les outils par conséquent le premier de tout les outils est le corps. Si je suis assidu dans quatre ans je serais un maître du premier des outils.

Trois ans se passe, j'ai 14 ans et tous savent que je n'avais pas 13 ans à mon entrée. Il me reste un an à faire mais je suis renvoyé. Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir mis enceinte la directrice et sa fille ou qu'elle m’ait trouvée dans le lit avec son mari. Je me retrouve à la rue et décide d'aller sur l'autre île de la luxure car je me sais trop dépendant de mes besoins physique. Je ne fus pas accueilli à bras ouvert, loin de là. Je rencontrais un vieux spadassin qui comme moi faisait le tour des maison d'éducation. Sa fille était devenue frigide après la mort de son fiancé qu'elle pleurait. Je me proposais de la soigner contre gîte et couvert.
Le marché fut conclu.
Il me fallut 6 jours pour réussir.
Encore aujourd'hui, je garde cette réussite en mon cœur comme un trésor. Bien entendu une fois ma réussite consommé, le père ne me jeta pas dehors il fit de moi un de ses élèves. Je croyais avoir appris l'escrime, que nenni. L'homme m'enseigna la danse des lames. Je découvris le style italien, l'espagnol et sa géométrie, le français et son coté narquois et cela pendant 3 ans. Je deviens un maître de la lame avec un style bien à moi.
Tout dans la mesure, le marquage et une bonne improvisation de ma seconde main.
Oui le style français m'avais particulièrement marqué.
Pour mon talent je reçut deux choses.
Le goût de la trahison d'un ami, bien que je lui pardonne et comprend ces raisons maintenant.
Et...et Scarlett.
Scarlett ma lame de 7.
Avec elle à mon flanc, je retournais sur mon île et me fit engager comme enseignant dans mon ancienne école.
Je m'amusais beaucoup et pas seulement car la directrice n'était autre que la fille de l'ancienne directrice.
Cela ne dura que quelques mois car un soir je rencontrais Moïra, Moïra Pilev.
Et oui une femme surprenante qui allait donc devenir ma femme.

Cela est arrivé un soir.
Un soir comme un autre qui n'avait rien de spécial, rien qui aurait pu me dire ATTENTION, ta vie va changer et pas qu'un peu. Je ne me souviens même plus de la raison de la présence de Moïra et de son mari d'alors, m'en suis je seulement soucié à l'époque, surement pas et cela n'est pas important. Mais je me souviens du moment de basculement, je peux le revivre à volonté. Je défi son mari, je le défi de me vaincre ou de me laisser passer la nuit avec sa ravissante femme. Je le provoque en clamant qu'ainsi elle sera ce qu'est le plaisir véritable, je lui propose même qu'il assiste pour apprendre un peu et pouvoir se débrouiller plus tard. Pour parfaire l'humiliation je défais mon baudrier et le dépose dans les mains de la douce Moïra qui rougie sous mon clin d’œil et ne sait plus ou se mettre quand je lui dit que lorsqu'elle aura décidée de me prendre pour amant elle n'aura cas me tendre ma lame pour que je gagne le duel. Bien entendu, même désarmé et le mari avec sa rapière, c'est un combat inégal. Je l'humilie, le gifle, le pousse du pied, bois alors qu'il me charge, enchaine les quolibets et bien entendu toujours je regarde celle pour qui je fais cela. Puis je me suis approché de la belle, je lui dit qu'il ne faut pas qu'elle oublie que si elle me veut elle doit me tendre ma rapière afin que j'inflige le premier sang.
Mais le mari cru que j'allais récupérer mon arme et il voulu me percer dans le dos. J'agissais rapidement en déportant son coup tout en faisant un pas de coté. Je m'emportais quelque peu car son acte était fort dangereux vis à vis de sa femme. L'homme qui était tombé ce releva alors et rouge de colère se retourna pour invectiver sa femme. Mais il avait sans doute oublié qu'il était armé et d'un geste colérique il ouvrit la joue droite de Moïra sur toute sa largeur. Et ce fut mon tour de voir rouge, j'appelais à moi Scarlett et avec un sourire carnassier la présentait à mon adversaire avant d'entamer un bal sanglant. Le premier sang coula, le second et bien d'autres car je blessais l'homme par de nombreuses petites coupures. Pendant tout ce temps sa pauvre femme restait prostré, elle avait portée la main à sa joue et l'observait recouverte de son sang.
L'homme était maintenant à genoux haletant et brisé.
Mais là encore l’inattendu.
Moïra se mit à hurler, elle se mit à scander qu'il lui avait voler son visage, sa seul possession, la seul chose que lui reconnaissait sa famille. Et elle attrapa son mari par le bras et le fit voler sur plusieurs mètres.
Je ne compris que plus tard quel était une possédée de la colère et que sa force en était décuplée.
Mais sur le moment j'en restais bouche bée. Elle ne s'arrêta pas la, elle rejoignit son mari dont l'épaule était démise, lui agrippa les cheveux et lui fracassa le visage contre le mur. Il essaya par des moulinets de bras de se dépêtrer mais elle en agrippa un quel brisa comme brindille;elle ne le relâcha pas. Elle refit une torsion et réussi à déchiqueter le bras de l'homme.
J’admets qu'au son et à cette vision je cru vomir.
Je la vis reprendre le crane de son mari agonisant et sans doute à l'esprit perdu et le fracasser, encore et encore sur le mur. Elle était déchainée. Je ne sais ce qui me fit agir ou comment je sus que cela marcherait même si je le sus, mais je me retrouvais à ses cotés. Et là le plus naturellement du monde je déposais un baisé sur ses lèvres. La rage en elle fut pétrifié et put ainsi chuter.
C'est donc ainsi que Moïra entra dans ma vie avec une scarification, un meurtre et un baisé.

Ceci eu pour effet de m'obliger à quitter mon emploi au plus vite sur les conseils de la directrice. Elle savait un navire de la paresse accosté près de nous qui cherchait quelques équipages. Moïra et moi même partirent rejoindre le vaisseau pirate. Et fûmes engagé. Hélas la capitaine n'était pas sensible à mes charmes, bien au contraire. Elle décida de m’éduquer suivant les principes de son île, je fus jeté en geôle. Le manque me frappa vite et je dus assouvir bien vite mes besoin moi même. Lorsqu'elle vit cela un sourire de bien mauvais présage se fit sur la capitaine et je me retrouvais enchainé. Les chaines était juste assez courte pour que mes mains atteigne presque le niveau de ma ceinture. Je me retrouvais donc en chemin pour une longue route d'agonie.
Enfin pas si longue bien que sur le coup cela me parut une éternité.
La capitaine voulu me briser.
Elle vint me voir avec Moïra et Scarlett, trop sur d'elle. Beaucoup trop sur d'elle alors que j'étais complètement possédé par mon péché et prêt à tout pour l'assouvir. En fin de compte l'équipage me retrouva alors que je troussais sans retenue Moïra sur la petite table ou se trouvait à l'origine les affaire du garde, je pense que se sont les cris de plaisir qui attirèrent les hommes. La Capitaine était à un peu plus d'un mètre, agonisante.
Scarlett l'empalait au niveau de l'abdomen et la maintenait poinçonnée contre la coque. La femme avait la colonne transpercée. Ne sachant que faire, les hommes attendirent en nous regardant. Il me fallut du temps pour apaiser ma faim pècheresse. Une fois cela fait on me maîtrisa et m'enferma de nouveau.
Dans une autre geôle ayant détruit la premier du tranchant de ma Scarlett. Le soir venue la seconde vint me voir et décida que je serais jugé suivant un jugement de dieu. J’apprenais le fait avec désinvolture car je me savais redoutable avec mon épée. Sauf que ce n'était point du tout un duel de ce genre qui m'attendais. Un matelots m'expliqua que la Seconde était possédé de la paresse. Elle dormait tout les jours et ne s'éveillait qu'à la nuit mais possédée par une force incroyable. Force qu'elle se devait d'épuisé avant le levé du jour suivant.
Pour cela, quand tout était calme, elle dormait avec deux hommes d'équipage qui lui servait à se décharger de son trop plein d'énergie au réveil. Toujours deux hommes car jamais un homme ne pourrait survivre à ses besoins seul. Hors c'est ce que j'allais devoir faire, passer tout le jours avec elle sans rien faire et survivre à la nuit. Bien que comme me dit mon informateur il y avait mort plus dégueulasse en ce bas monde. Vous vous en doutez si je suis là c'est que je survécu à mon duel qui fut des plus savoureux.

Après cela la nouvelle Capitaine, oui étant donnée la blessure infligée la première Capitaine ne pouvait plus remplir son office et donc la seconde devint Capitaine. Et nous voguâmes vers le Sud-est d'Andori car il était prévu que nous agressions un navire de Laïca empli de vivre pour la fête du printemps. Je profitais du temps que j'avais à moi pour me rapprocher de Moïra, nous étions doublement lié maintenant. Je dois dire que cet attaque fut bien surprenante. Nous avons repéré avec aisance le navire Laïcan. Je put voir dans la longue vue le vaisseau et quel vaisseau !
Je n'avais posé aucune question sur Laïca car cela ne m’intéressait pas et de plus je n'avais pas été formé pour jamais être pirate mais un garde du corps, un duelliste, un courtisan, un gigolo. Enfin bien des choses mais pas pour cela, je ne sais quasiment pas lire ou écrire alors connaître la diversité culturel des autres pays du monde vous imaginez. Donc le bateau...c'est énorme...5 peut être 6 fois plus long qu'un galion et je pense 3 fois plus large. Une petite ville en mouvement et une ville bourrée de vivre.
La coquille me fit penser à la carapace d'une tortue mais ce qui me frappa le plus c'est qu'il n'y avait pas de voile.
A la proue sur les flancs des nageoire gigantesque tel les baleines ou justement les tortues en possèdent et puis d'autres plus petite vers la fin du corps du vaisseau mais ce n'est pas tout la poupe se finit sur une queue avec une nageoire gigantesque digne de la plus grosse des baleines ! J'aurai bien voulu observer plus longuement tout cela mais nous plongeâmes pour ne pas être détecté. Nous attaquâmes de nuit en nous collant directement à la coque. Nous montâmes à bord et combattirent les Laïcans ET LE NAVIRE ! Car le vaisseau se défendit, des sortes de tentacules nous attaquèrent. Mais les automates étaient armé de lance flammes.
Les hommes que je tuais n'était que des mousses sans savoir martial. Je me disais que cela se passait au mieux quand deux personnes en tenues ocre apparurent et firent un massacre. Angelina, la Capitaine m'appris plus tard que c'était des militaires de Laïca Elle n'était que deux et pourtant...et pourtant.
L'une avait un pouvoir, je ne sais pas trop quoi mais elle à détruit les automates et ne fut vaincu que par l'intervention de la Capitaine dans son armure intégrale en Tenebroso. L'autre femme avait un pistolet.
Parfois je la revoie en rêve lorsqu'elle c'est avancé avec son arme produisant un bruit assourdissant et projetant une langue de feu en plus des balles, c'est si différent de nos armes qui ne produise qu'un flash de lumière lorsque nous tirons avec. Enfin la voilà, cette femme grande, à la peau noire, aux longs cheveux tout aussi noirs avec des tresses et des torsades partout.
Et vous savez quoi elle m'a combattu, un duel incroyable ! Ma Scarlett contre son étrange pistolet.
Oui ce fut un duel vraiment extraordinaire, en fait je dois admettre que lorsque ma Scarlett lui à transpercée la gorge, j'ai eu un moment de regret...
Comme me disait mon maître de la danse des lames lorsqu'on fait un duel, on est la mort et la vie, un lien se crée avec l'adversaire...
Enfin j'ai survécut et elle est morte dans mes bras.
Puis nous avons pillé le navire. Comme nos cales étaient bien inférieur au contenu du bateau de Laïca, la Capitaine à battu le rappel et d'autre pirates nous ont rejoint. Une fois cela fait nous avons coulé le navire.
On dit qu'un navire qui coule hurle et bien celui là la fait. Puis nous avons fait demi tour et somme rentrés aux îles. Revenu sur terre, Moïra et moi même furent libéré de notre engagement. Elle voulait retourner voir sa famille pour leur montrer qu'elle était devenu pirate. Je l'ai accompagnée et pour faire cour cela fut un moment quelque peu pénible et surprenant ou je me retrouvais marié à elle. C'était il y a peu et me voici qui répond à votre convocation alors ai je répondu à vos attentes,..., sur tout les plans mademoiselle ?

« Oui Monsieur Pilev.
Sachez que vous êtes engager sur le El Intento en tant que Maître d'équipage.
Avant que vous ne disiez quoi que se soit sachez que votre femme sera du voyage.
Alors acceptez vous le poste ? »

Oui bien entendu et pour fêter cela si nous achevions de briser les pieds de ce pauvre bureau agonisant ?


Avez vous des précisions supplémentaire à apporter?...


Code du Règlement :[ Code Bon ] By Amanda
* Parrain : Marc Kodiak
* PNJs :l'équipage du El Intento
* Rêve/Cauchemard :Lui et Moïra sont passionnément amoureux et sa vie est tout autre tout en lui offrant une joie constante/il est dans un corps impotent mais son esprit est toujours aussi alerte.
* Problème médical :une nymphomanie aggravée
Revenir en haut Aller en bas
Être Divin Suprême
Je vois tout dans l'univers

avatar

Amanda


Féminin
Messages : 546
Age : 25
Hybride : /
Arme : Sa présence

Infos
Disponibilité: En attente...

MessageSujet: Re: Luc Pilev   Dim 1 Avr - 20:40

Hé bien et bien ! je te valide =D Rien à redire si ce n'est que... faudra que je vous surveille toi et la ptite Moïra que vous me fassiez pas des bébé partout >.> Mais bon comme je vois que tu as lu le règlement et bien j'ai confiance (enfin presque xD)

Bienvenu parmi nous charmant jeune pirate =D

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revenir en haut Aller en bas
http://andori.jdrforum.com
 

Luc Pilev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Andori, L'Europe après l'Apocalypse. :: Avant-propos :: Personnages & Présentations :: Présentations Validées-