23 ans après l'Apocalypse, la Noblesse est réinstaurée, les Scientistes imposent lentement leur suprématie. Tout ça n'est qu'une façade, venez découvrir la face cachée d'Andori, l'Europe ravagée par l'Apocalypse...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

//
Partagez | 
 

 S P I R I T U S . L I F E - Second edit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je sais tout de tout
Journaliste Contestataire

avatar

Silène S. Spiritus


Masculin
Messages : 26
Age : 24

Infos
Disponibilité:

MessageSujet: S P I R I T U S . L I F E - Second edit   Jeu 30 Juin - 22:21



EDITO

Voilà donc un commencement. Un bon commencement. Je vois que beaucoup de personnes ont réagit, peut importes qui elles étaient, riches, pauvres, hybrides, marqués et scientistes. Sachez que je m'en donne à cœur joie, de vous faire du mal. J'éclaire les points sensibles. Oh, et sachez qu'au plus vous me demanderez d'arrêter, au plus je continuerais. Non, je ne vise personne. En fait, si. Vous savez, il ne faut pas s'en prendre à moi. Ce serait, pour vous en tout cas, pauvres petits mortels, une très mauvaise idée. Je connais vos plus grands secrets. Au revoir mes petites brebis égarées !


WHAT'S THAT

Ne vous faites pas d'illusion, sur cette première page, il n'y aura toujours pas de grand titre, parce qu'écrire sur le Spiritus Life en lui-même est essentiel. Le journal a eu du retard ? Certes, mais personne ne pourra m'en voudra d'avoir voulu épluché la moindre de vos remarques et ratissé au peigne fin chaque rue d'Hopera à la recherche d'informations ! Je reviens donc dans ce numéro, peut être tardif, pour de nouvelles infos plus croustillantes et exclusives les unes que les autres !


ARE YOU READY FOR THE REVOLUTION ?

Tout d'abord, l'incontournable attentat à Rosae, le château qui accueille la noblesse. Vous n'en avez pas encore entendu parler ? Et bien moi je vous mets au courant. Le roi était visé. Encore un peu plus et POUF nous étions un état sans monarque, livré à une guerre acharnée entre tous les Nobles pour se retrouver couronné... Ou peut être que la princesse serait revenue. Résultat, le château a subit de grave dégât (en même temps la rénovation ne lui fera pas de mal, je le trouvais trop vieux.). Mais pas la peine de ne pas le dire tout le monde est au courant que le Grand Marché est devenu une sorte de tradition pour Andori. Pour ceux qui ne s'y seraient pas encore rendus, il s'agit d'un immense étalage de produits exotiques venus de contrés que vous n'avez encore explorés, j'ai nommé : Enca, Kiriem et Laïca. Mais c'est aussi du divertissement servis par les gitans venant de l'intérieur des terres. Vous Aimez ce festival, mais c'est parce que vous en avez toujours vu le bon côté. Moi je sais... Parce que rien ne peut m'échapper de ce qu'il se passe sur notre Andori préférée. Mais sachez que pendant le Grand Marché, vous, votre soeur ou votre meilleur ami pourrait disparaître... Une légende urbaine ? Certainement pas. Mais ne nous laissons pas attrister par un fait aussi banal qu'un enlèvement. Après tout, le Grand Marché c'est aussi la fête du printemps ! On profite du soleil chaud et des nuits torrides ! Pour ce qui est des évènements à venir : Il va faire chaud et la plage est tout indiquée pour ceux qui auraient envie d'aller troubler les eaux bleues des rives d'Andori. D'ailleurs, si vous y restez jusqu'à ce que le soleil se couche, vous pourrez participer à ces soirées où la fête est aux rendez-vous alors, allez-y et « sexe, drogue et rock & roll » les enfants !

Le meilleur pour la fin, mais le bouche à oreille à sûrement été plus rapide que mon article. Apparemment, une prise d’otage au complexe aurait eu lieu, tout ça pour libérer une hybride. Le directeur, Narcisse Pétrado était lui-même pris dans l’histoire. Le système de sécurité du complexe aurait-il flanché ?



AUJOURD'HUI TU ES MA CIBLE
Dans ce numéro, pas de noble égocentrique, je me suis penché sur une catégorie sociale moins favorisée. Elle s'appelle Neva, mais on la connaît plus sous son nom « Benlay ». Quand vous la regardez de loin, vous ne pouvez que reluquer sa crinière, un tas de breloque étranges, de cheveux roux enchevêtrés à de blonde mèches. Auquel s'associe son teint couleur « pêche » Je l'ai observé sans qu'elle ne me voit, c'est ça le pouvoir du journaliste ! J'en aie conclu qu'au-delà de ses mèches élaborées, son caractère n'avait rien à voir avec celui d'une pimbêche, ce qui ne l'empêche pas d'avoir parfois l'esprit revêche.

Cependant, au-delà de cela, Benlay cache une brèche. Une vie terrible et peu joyeuse en compagnie de la noblesse, où elle ne goûtait pas aux joies de se déplacer en calèche. La vie domestique n'est pas pour elle qui souffre de la flammèche de la liberté. Et elle l'acquit avec ruse, savoir faire... ou la force que sais-je ! Mais celle-ci l'a mise dans la dèche, mais c'était toujours mieux que son ancienne prison. A travailler avec la pègre, on risque plus que sa vie, on y risque aussi ce qu'il y a de plus chère pour Benlay, sa liberté ! Cependant, j'étais là et j'ai tout vu ce qui va certainement changer la vie de cette demoiselle. Le Laïcan, celui qui parle de la mort comme d'une banalité, celui là même qu'on appelle « le Kodiak », l'a embauchée comme guide pour faire du tourisme dans Hopera. Moi ce que j'en dis c'est qu'il été alléché par cette perruque rousse et que notre amie n'a pû résister à la prêche du charmant militaire.



TU SAIS QUI J'AI VU ?

Voilà pourquoi je suis en retard. Je voulais un fait mystérieux spécialement pour vous. Vous n'allez certainement pas être déçu !

Je me promenais discrètement à la recherche de cette chose presque insaisissable qu'est la perle rare du journaliste. Il faisait nuit et je me fondais dans l'ombre des rues d'Hopera quand presque comme par hasard, je tombe sur un duo des plus surprenant. Je ne fus pas surpris de reconnaître notre portrait de ce numéro, la demoiselle Benlay. Elle était en compagnie d'une autre jeune femme que je ne su reconnaître. Je n'eus pas le temps d'effectuer d'autre recherche que mon petit groupe s'en va plus ou moins discrètement. Voyant ce duo agir dans l'ombre, vous vous doutez que je n'ai pas hésité plus de quelques secondes avant de les suivre, le flair du journaliste mes dames et messieurs. Les crasseuses rues mal fréquentée d'Hopera nous tendaient les bras. Plus j'avançais et plus je sentais le scoop venir ! (et je n'avais pas tort puisqu'aujourd'hui je le publie !) Et l'action que j'attendais ne tarda pas à faire son apparition sous la forme de chasseur d'hybride, vous savez, ces hommes qui nous débarrasse de ces petits hommes perdus mais dont les dirigeants restent inconnu !

Le voilà mon scoop, remonter la filière du trafic d'hybride, n'était-ce pas une belle performance journalistique ? Mais pas facile pour ses hommes d'attraper l'agile Benlay qui s'enfuit comme un chat dans la nuit et tout le monde sembla la suivre, moi y compris. D'ailleurs je n'en reviens qu'un journaliste de mon calibre ait dû faire un acte aussi dégradant que de courir ventre à terre après ce petit monde. Peu importe puisque ma curiosité est satisfaite par cette femme inconnue qui semble finalement être un prédateur à la place d'une souris chassée. Après sa superbe intervention nous voilà avec trois cadavres sur les bras. J'étais en présence de meurtrière au sang froid, mais je pouvais dire adieux à mon scoop sur le trafic d'hybride. S'en suivit une discussion entre les deux coéquipières et au final, Neva laissa l'autre sur le carreau... Amitié, quand tu nous tiens... Laissant tomber l'inconnue, je me concentrai sur Benlay qui me sema pour achever sa course. Comme en embuscade, j'attendis s'essaya d'en apprendre plus sur le colis à livrer. Je retrouvai au final l'autre fille qui, après recherche, se nomme Eve Thrace, une nouvelle venue dans la capitale... Ha, ces touristes.
Ainsi s'achève mon reportage sur les rues mal famées d'Hopera. Si vous voulez mon avis, ne laissez plus vos enfants sortir dans les rues après 18h !


QUELLE PUISSANCE


"« Friedrich, c'est une surprise. Comment va votre mère ? »
« Toujours morte. »
« Tant mieux. »"
    On a beau critiquer notre très chère patrie, apparemment, Laïca n'est pas mieux. Ne serait-ce que par sa violence. Regardez Marc qui rend un fait tragique que la mort une banalité sans nom ? Et dire qu'il est là en temps que représentant de Laïca, laissez moi vous dire mes amis que je n'aimerais pas le voir perdre à une partie de poker ! Moi ce que j'en vois c'est que Laïca doit être vraiment aride et ... arriéré pour donner naissance à des êtres si violents et brutaux. Si vous partez en vacances là-bas, a vos risques et périls ! Mais peut-être n'aurons pas à sortir nos rames et qu'ils viendront jusqu'à nos côtes par millier pour nous envahir et faire couler notre sang. Je tiens quand même à vous dire que la délégation était là lors de l'attentat contre le roi. Après, croyez ce que vous voudrez...




"- C’est une...
- C’est une...
- C’est une ... fille...
- Et puis j’ai un prénom d’abord, et c’est pas gloutovore ! C’est Léo... "
    Nous sommes tous impressionné de constater que les hybrides savent différenciez les sexes. Peut être est-ce une découverte scientifique ? Seul l'avenir nous le dira. Ce qui est sur c'est que notre ami ne perd pas la boule après tout, il sait s'entourer. Il a pour amie (ou plus...) une jeune demoiselle au rang clérical élevé. Léo connaît peut être très particulièrement les filles... A moins que ce ne soit un jouet d'une machination visant à toucher les hybrides ayant peu fois en Amanda. Du coup, le jeune hybride serait l'objet d'un lavage de cerveau effectué par le Clergé... Difficile à croire ? Peut être. Mais mon âme romantique se laisse tenter par l'idée que l'amour puisseêtre possible entre humain et hybride... De se fait nous pourrions nous demander si cela pourrait donner des... corneilles ?



PIQUES ASSASSINES

Le club des Damnés. Si vous n'en avez jamais entendu parler, ce sera la première et dernière fois que vous entendrez parler de ce nom. En bref, il s'agit d'un club très sélecte, n'y rentre que ceux qui sont assoiffés de pouvoir et de tout ce qui va avec. Vous pourriez penser que c'est un club plutôt banal et vous auriez tout faux. Toutes les personnes y entrant ne sont pas normales. Là-bas on y trouve des Marqués, des Hybrides et plein d'autres trucs. Ce club était déjà ouvert avant l'apocalypse, mais aucunes sources ne m'a indiqué qui s'y réunissait à cette époque. Moi je me demande juste comment ça se fait qu'il n'y ait toujours pas eu de guerre contre les Scientiste... Je pense surtout qu'ils n'y ont rien à gagner. Après tout ils ne défendent ni la veuve ni l'orphelin. Ce que j'en pense, c'est que ce club aurait pu abriter une alliance entre Scientiste et Démons sans que cela ne se sache. Après, si vous cherchez les marionnettistes de ce monde aller les voir mais regardez bien qui tire vos ficelles.


TU PICOLES ET TU PARLES TROP

Qui avons nous péché aujourd’hui... Il s’agit d’un jeune clerc, Lerhan Amniodes. Nous lui avons posé quelques questions histoire d’explorer son cerveau.

Silène S. Spiritus : Bonjour, je suis l’envoyée de monsieur S, Isabella Revers... Merci d’avoir accepté cette entrevue ! Nous somme ici pour notre interview du prochain numéro, je vais donc vous poser quelques questions si vous êtes d’accord, mais si vous êtes là c’est que vous n’êtes pas contre... Commençons. Si je ne m’abuse, vous êtes membre du clergé... Alors ma première question sera de savoir ce que représente Amanda pour vous ?
Lehran : Amanda ? Amanda ? Vous, blasphémateur hérétique, vous osez l'appeler par son nom ? C'est la Déesse, la Grande ou encore la Majesté et non Amanda ! Ceci est un blasphème que vous faîtes à la Grandeur qui a sauvé ma vie et m'aide tout au long de celle-ci ! Comment osez-vous parler ainsi de cette Déesse aimable et merveilleuse qui ne cherche qu'à aider le peuple en ce monde ?!
Silène S. Spiritus : Certes... hum... Vous dites qu'elle vous a "sauvé la vie" et que vous aide... Comment elle s'y prend ?
Lehran : *Prend une tasse de thé et réajuste ses lunettes qu'il met pour lire*
Et bien, après ma conversation avec plusieurs membres du clergé, j'ai pu constater que la Déesse s'y prenait différemment selon les gens. Elle peut venir vous parler en rêve, vous offrir des pouvoirs si vous priez assez devant sa statue ou bien tout simplement, elle agit en faisant ce qu'on croit être le hasard ou le destin et il est impossible de savoir si c'est elle ou non mais vous savez alors que quelqu'un ou quelque chose vous a aidé. Pour moi, elle récompensa ma foi envers elle et me donna sa bénédiction lorsque je priais devant sa statue.
Silène S. Spiritus : A propos, Certaine personne on dit que vous étiez magicien, qu’en est-il en réalité ?
Lehran : Je pourrai répondre à votre question *boit son thé* mais après tout, ne sommes-nous pas ce que les gens pensent que nous sommes alors que nous ne le sommes point ? Je suis peut-être capable de faire des choses que les gens ne comprennent pas donc en quelque sorte, on peut m'appeler magicien *insérer ici rire de mégalomane*. La Déesse m'aide dans divers de mes actions. Ce serait elle qu'il faudrait appeler magicienne. Quant à moi... et bien, venez-vous même le découvrir !
Silène S. Spiritus : Intéressant. Et de vos déclaration, ne craignez vous pas la venu de quelques hérétique, si je puis dire...
Lehran : Absolument pas ! Ils ont choisi le mauvais chemin, ils ont décidé de tourner le dos à la Déesse ! Je sais que si je dois les combattre, elle m'aidera à répandre sa grandeur en me supportant dans mes actions ! Silène S. Silène S. Spiritus : Et donc Que pensez vous des Scientistes en général et de leurs sujet d’études comme les hybrides ?
Lehran : *jette son thé pourtant bon sur le sol* Je considère qu'ils sont des aberrations qui osent rirent de la Déesse alors qu'elle est la clé qui sauvera ce monde ! Et oser étudier des êtres, qu'ils soient partiellement humains ou non, est juste inadmissible ! Ils devraient vouloir se flageller eux-mêmes.
Silène S. Spiritus : Merci pour votre point de vue sur la question. Une dernière question, si vous le permettez...
Lehran : Allez-y, allez-y, je vous en prie, tant que vous appréciez la Déesse.
Silène S. Spiritus : Avez-vous certains projets d’avenir ? Femme, enfant ?
Lehran : *Recule, surprit* Euh... euh, ne suis-je pas jeune pour ça ? Pour l'instant, mon avenir est consacré à améliorer l'image de la Déesse et répandre sa grandeur sur Andori. Silène S. Spiritus : Bien ... Je vous remercie au nom de monsieur S pour votre patience et vos réponses constructives. Je vais vous laisser. Au revoir monsieur Amniodès...
Lehran : Que la Déesse veuille sur vous et s'immisce dans votre âme, envoyé !
Silène S. Spiritus : Merci... heu... a vous aussi ?


PAN PAN, ton coeur en miettes

Regardez ce que j'ai déniché après avoir épluché toutes vos lettres. Autant dire que j'ai été gâté par toutes ces lettres émouvantes. J'en ai presque pleuré... Je dis presque, car ceci n'est peut-être qu'un canular et ni vous ni moi aurez la confirmation, sauf peut être, notre ami qui nous envoie ceci. Mais trêve de bavardage, place à la lecture !

Je ne sais pas trop comment ça marche ce truc, mais le premier numéro m'avait particulièrement amusé. Et je dois dire que le contexte me plait bien. Alors, je ne sais pas si je vais paraître, mais si, je parais... Enfin bref, je vous écris parce que j'ai été témoin d'un moment d'émotion qui, je dois dire, m'a particulièrement touché, ému et perturbé à la fois. On dit souvent que les scientistes sont des monstres à sang froid. Qu'ils n'ont pas de sentiments. J'aimerais démentir cela. Certains scientistes, comme moi, on une famille et des amis autres que des collègues de travail. Après peut-être que mon point de vue n'intéressera pas grand monde parce que je ne suis pas Monsieur Pétrado ou sa secrétaire. Mais ce que j'ai à raconter est, à mes yeux, beaucoup plus important (Monsieur Pétrado, si vous lisez ceci, je vous pris de n'y voir aucune animosité envers votre personne.)

Pour l'histoire, ça s'est passé au complexe. J'étais en train de finir de vider les poubelles des salles administratives quand j'ai vu un petit garçon. Il ne devait pas avoir plus de 15 ans à mon avis. Et il semblait un peu dans la lune. J'ai eu envie de lui demander ce qu'il faisait là, que le complexe n'était pas un endroit pour les enfants, mais je me suis rappelé qu'il travaillait ici. C'était un scientiste qui n'avait pas plus de 15 ans (Voilà pourquoi je démentais les préjugés que la plupart des gens se font sur les scientistes.) Donc je l'ai laissé vaquer à ses occupations et moi aussi. Puis plus tard, c'était l'heure de ma pause et donc je suis parti pour aller prendre un petit quelque chose à manger et là, je recroise le gamin qui parlait à une fille qui n'était pas sa mère (La mère du petiot travail aussi au complexe). Je ne voulais pas écouter la conversation, mais on ne peut s'efforcer de ne rien entendre. Ils se sont mis à s'extasier sur la météo, ce moment-là était un peu banal, j'avais été sur le point de me détourner simplement de la scène mais j'ai entendu comme un sanglot dans la voix du môme qui disait avoir perdu sa mère. Ça m'a surpris sur le coup, je me suis dit, comment un homme peut se mettre à sangloter devant une demoiselle aussi charmante que celle avec qui il déjeunait... C'est que quelques secondes plus tard que je me suis souvenu qu'il était jeune. Alors, je me suis retourné, juste pour voir ce qu'il se passait et ce que j'ai vu m'a perturbé, la jeune femme s'était agenouillée auprès du petit qui ne semblait pas totalement dans son assiette (il était triste). Elle était en train de le rassurer, comme une mère qui rassure son petit après qu'il ait fait un cauchemar. J'avoue avoir été ému par cette marque d'attention toute particulière alors que, si j'ai bien compris toute leur conversation, ils ne se connaissaient pas plus que moi et le gamin.
Et puis, il se mit à serrer fort contre lui la fille. A ce moment, je me souviens m'être dit que les enfants s'attachaient vraiment très vite... Et puis après, j'ai eu peur, j'ai une fille d'une dizaine d'année et j'ai eu peur qu'elle s'attache a quelqu'un aussi rapidement et que je ne puisse rien faire. La voir d'éloigner, sans pouvoir la serrer une dernière fois contre moi, la laisser se perdre et qu'elle soit récupérée par un inconnu. Pour le gosse du complexe, apparemment, il allait présenter sa mère à sa nouvelle amie.

Voilà, cette histoire je voulais la partager avec vous. Qu'on ne vienne plus me dire qu'au Complexe il ne se passe que des horreurs. Il s'y passe beaucoup de choses qui peuvent rapprocher les Hommes avec un grand H... C'était mon témoignage. Bonne continuation à ce journal, j'attends avec impatience sa prochaine édition !

Edd du complexe.


Merci à Edd pour cette émouvante lettre. Et vous si vous avez une histoire vraie à nous raconter... N'hésitez pas à me l'envoyer !


POCHETTE SURPRISE

Vous vous demandez certainement ce que j'ai bien pu vous préparer aujourd'hui. Un truc loufoque ? Est-ce mon habitude ? Je ne répondrais pas à cette question déplacée et trop personnelle. Passons. Pour ce numéro, je vais faire un zoom sur ces forains, ces gitans qui sont arrivés en ville. Qui ne voudrait pas les connaître un peu plus ? Je me suis alors faufilé dans leur village mouvant.

J'y ai pu observer l'amour, le désintérêt, l'alcool et la passion. Mais qui pour qui ? Haha. Vous n'allez pas tarder à le savoir. Si vous vous êtes déjà rendu sur le Grand Marché en place, vous avez surement déjà assisté aux magnifiques tours de magie de celui qu'on nomme Maléfice. Et bien évidemment votre regard a été attiré par sa charmante assistante... Elle s'appelle Snow et malheureusement ne peut avouer son amour dévorant et débordant de marshmallow et de sucrerie. Elle est muette et dégouline d'amour pour le magicien. Dommage me direz vous. Le plus dur pour elle doit être de le côtoyer chaque jour. Pas facile d'être gitans !Je vous aie aussi parlé de désintérêt, le césar est décerné à... Danaé, cette violoniste de talent, cette mélomane qui n'a que faire d'un public, donc ne rêvez pas, elle ne jouera jamais pour vous messieurs, elle joue pour elle-même et que vous soyez là ne changera point sa façon de s'amuser avec les cordes. Mais ce n'est pas pour ça qu'il faut se priver de l'applaudir, des accords si fluides ne peuvent être dénigrés !

J'aime beaucoup ce peuple, c'est une concentration de sentiment et de situation ! Mais tout n'est pas rose dans leur petit monde et j'ai trouvé le maillon faible. Ne vous laissez plus attendrir par sa voix angélique et douce. Azael a comme qui dirait un léger problème avec la boisson. En effet le défaire de sa bouteille devient de plus en plus difficile. Tellement dommage, un si jeune garçon. La morale de l'histoire messieurs-dames, ne laissez pas trainer votre bourbon ! La suite sera moins tragique. Il nous reste la passion, la chaleur, le mystiques... Si vous n'êtes pas encore entré dans cette roulotte après avoir lu ça, vous n'hésiterez plus à vous laisser envouter par l'envoutante Calliope. Il ne s'agit pas d'une fille de petite vertue, mais d'une authentique diseuse de bonne aventure. Elle vous vendra du rêve, ça, c'est sur... vous vendre la vérité, ça c'est moins sûr, après tout, les gitans... qui a confiance en eux ?

Petit point météo effectuée par moi. Il fait chaud il fait beau, mettez tous vos maillot et jetez vous dans l'eau. (Encore mon âme de poète qui refait surface) Profitez-en temps que le soleil brille. IL risquerait de se cacher plus tôt qu'on ne le pense !


VENEREZ MOI, JE VOUS LE REND BIEN

Haha, quel bonheur de voir que mes articles n'ont pas été simplement jeté à la poubelle. Vous avez été nombreux à réagir. En même temps, je ne peux dire qu'il s'agit là d'une surprise, après tout, mes articles sont les meilleurs ! Vous vous retrouverez peut être dans ses quelques avis... A vos réactions !

Peut-être qu'arrêter maintenant serait une bonne idée. Mais je n'ai jamais eu moi-même ma langue dans ma poche. Alors dire ce que tout le monde veut taire, je pense que c'est le pied. Faites vous plaisir, détruisez tout. De toutes façons, on ne fera pas pire que ces sala*ds de chefs de grandes entreprises, ces banquiers et ces noblent qui ne savent que nous prendre de haut.
Tant qu'au culte, il n'a toujours été qu'une fabulation. N'en parlez plus. Après tout, c'est lui donner bien trop d'importance. Vous même jurez en criant avec votre encre "Oh Amanda". parlait des dieux oubliés ou de la science serait plus inteligent encore. Enfin, anihiler cette fausse religion, ça ne sera pas plus mal. Le culte n'a aucune raison d'êrtre. La science oui. Il est donc normal que la science existe et le culte non.

Par contre, je ne peux confirmer que l'authenticité de la dépendance de monsieur Pétrado envers le café. Quand j'ai été convoqué la dernière fois, une légère odeur, autre que celle d'homme, envahissait la pièce, et quelques gobelets tronnaient de part et d'autre

Hoho, mais, que vois-je, une hérétique ! Je constate que le Scientisme n'a plus de limite ! Mais ne vous inquiétez pas cher lecteur je n'arrêterais pas pour autant de faire éclater la vérité dans les journaux ! Bref, je remercie pour cette critique (constructive ?) et également pour la déclaration pour ce très cher monsieur Pétrado qui sera certainement heureux de recevoir de la part de courtisane les plus grandes marques de café en guise de cadeau ! Bonne chance à vous monsieur Pétrado !

Ceci était un premier coup de gueule. Mais pas le seul. Vous vous rappelez du dernier numéro ? Nous avions fouiné dans le passer d'un noble ... Et bien aujourd'hui nous allons constater qu'il est dénuer d'humour ...

" Je vous serais gré de cesser de fourrer votre nez dans les affaires de la famille De la Rose, nos fantômes sont très bien là où ils sont et il serait préférable que vous ne cherchiez pas à les déterrer sous peine de voir ma personne s'introduire à son tour dans votre vie.

Et en ce qui concerne votre intrusion dans la vie politique, vous serez capable de comprendre par vous même la pagaille que vous vous apprêtez à semer. Je vous fait donc parvenir le conseil suivant : cessez vos babillages.

Lowell De la Rose "


Serait-ce une menace ? Si s'en est une... j'adore ça ! C'est très stimulant pour un journaliste tel que moi ! Je remercie donc Lowell pour son message qui a tout d'une lettre amicale. Mais je rassure mes lecteurs et lectrice, je n'arrêterais pas le Spiritus Life !

Mais passons des lettres de mort aux mots d'admiration. J'en ai eu des centaines ! Je ne peux pas toutes les répertoriées, je vous n'en montrerai qu'une seule. Les quelques mots m'ont particulièrement fait sourire.

« J’ai adoré votre article Aujourd’hui, tu es ma cible ! Je crois que je suis fan, j’ai relus vos page des dizaines de fois et je m’en suis même servis comme histoire pour mes 5 enfant, ils ont adorés et moi aussi ! Continuez comme ça monsieur S !!! J’ai hâte de voir paraître le prochain numéro. »

« Angeline »

Et bien merci Angeline pour ce commentaire touchant ! Bon courage à vous et santé à tous vos cinq enfants, j'espère leur inspirer de joyeux rêve avec cette nouvelle édition du Spiritus Life !

De nouveaux, je vais laisser tout plein d'affiches dans la ville et je compte sur vous pour y poser votre griffe !
Ainsi s'achève se deuxième numéro du Spiritus Life ! Impressionné ? Naturellement. Mais n'oubliez pas, vous n'êtes pas au bout de vos surprise. Je reviendrais... Et avec moi, une apocalypse d'information ! Soyez prêt !

À mes fans bien aimés !
Silène à encore frappé ! Quoi ? Vous avez échappé à mes filets ? Ce sera pour le prochain numéro ! En attendant, rêvez de moi mes petits choux !


HRP : Et voilà la fin de ce numéro... En espérant qu’il sera lu ^^’ Silène a bien mérité deux mois de vacances xD
Merci à Amanda pour cette édition.
Revenir en haut Aller en bas
 

S P I R I T U S . L I F E - Second edit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Vds] Gi pour WH40k (edit du 29/01/09)
» [Idée Pour instaurer la magie(Edit)]
» Anya Mussel [Edit]
» Saï & Co [EDIT: ralentissement jusqu'au 28/10]
» (*Limited Edition*)~[Edit 2 de l'Atelier de Maya & Byss]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Andori, L'Europe après l'Apocalypse. :: Avant-propos :: Les journaux :: Spiritus Life-